Pour une meilleure navigation
tenez votre tablette en
mode paysage

Pour une meilleure navigation tenez
votre smartphone en mode portrait

Un week-end de Rallycross à Lohéac, avec la team EKS Audi Sport

Garage des blogs
Article

Le Mercedes GLE Coupé m'a fait aimer les SUV-Coupés

Article

Un week-end de Rallycross à Lohéac, avec la team EKS Audi Sport

Article

Caterham Academy ’18, Charade !

Dans la famille des sports mécaniques FIA, le Rallycross est la seule discipline que je n’avais jamais eu l’occasion d’aller voir en vrai. Direction la Bretagne pour rejoindre la Team EKS Audi Sport à l’occasion de la manche française à Lohéac.

1

le rallycross

Le RX comme disent les pros, c’est une discipline FIA de course sprint sur circuit, qui oppose 6 pilotes sur un tracé court pour des manches qui durent entre 3 et 5 minutes. C’est très nerveux, très rapide. Et très musclé. À Lohéac le tour de circuit fait à peine 1 kilomètre et les plus rapides mettent une trentaine de secondes à le parcourir. Première spécificité du RX, le revêtement : il est mixte. Une partie en asphalte, l’autre en terre, comme piste de rallye. Deuxième spécificité, il y a sur le tracé une boucle alternative qui ajoute quelques secondes au tracé et qu’il faut emprunter une fois par course. C’est le tour Joker. Et c’est toute une stratégie que de choisir à quel moment effectuer ce tour Joker. Cette stratégie est définie par le spotter, qui a un rôle de copilote mais reste en dehors de la voiture, à observer la course depuis la tour des spotters. C’est lui qui doit indiquer au pilote à quel moment prendre son tour Joker. C’est un rôle critique, comme on le verra un peu plus tard.

La structure des courses est elle aussi assez particulière. Il y a 4 manches de qualification, avant les demi-finales et la finale. Et les pilotes marquent des points tout au long de ces courses, même en qualification. Pendant celles-ci, c’est le chrono qui compte car il définit la grille des manches suivantes. Les pilotes effectuent 4 tours (dont le Joker) en qualif et 6 après. Et ils peuvent maximum de 16 points en qualif, puis 6 en demi et enfin 8 en finale. Si un pilote réussit un carton plein, il peut marquer 30 points dans le WE. Cela n’est arrivé qu’une fois, en 2016, quand Andréas Bakkerud, actuel 2d pilote EKS Audi Sport a gagné les 4 qualité, la demi-finale et la finale du World RX de Norvège.

En résumé, le RX ce sont des voitures de rallye sur un mini-circuit qui s’élancent pour 6 tours et qui se bagarrent du début à la fin, à grand coups de portières et de pare-chocs. Un espèce de sport mécanique parfait pour les fans et la TV.

2

la team eks

Nos hôtes du WE sont la Team EKS Audi Sport. EKS pour Ekström, Mattias Ekström, double champion DTM et champion du monde RX avec son écurie en 2016. Il a créé son équipe en 2013, à l’époque l’équipe de 10 personnes avec ses deux voitures tenait dans un mobile-home. Année après année, de victoires en victoires l’équipe a gagné le support officiel de Audi Sport, en 2016. Aujourd’hui l’équipe compte une cinquantaine de membres, 5 camions et 8 voitures. Mattias est le premier pilote de son équipe et le second est le norvégien Andréas Bakkerud, 26 ans. Double Champion en Suoer 1600, la catégorie inférieure au World RX, il a fait ses armes chez Ford. Mattias et Andreas, c’est un peu l’expérience et la jeunesse, dans les baquets comme en interview ou dans les moments de détente sous la tente du team.

Si le Team a grandi ça reste une petite équipe au regard d’autres sports mécaniques. Comme une famille. Tout le monde se connaît, l’ambiance est sérieuse mais on sent un vrai esprit de corps entre les pilotes, ingénieurs, mécanos et le chef cuisinier. Oui, l’équipe a un chef cuisinier et pas des moindres. En dehors des courses de RX, c’est le chef cuisinier du Roi de Suède. Rien que ça. Et pour avoir goûté sa cuisine pendant le WE, ça change des plateaux repas !! Et quand l’équipe mange bien, tout le monde travaille mieux, comme nous l’a expliqué Emil Axelsson, le Team Manager. A tel point que lorsqu’il veut résumer l’ADN de la Team EKS il nous dit : « Passion, good food, quick cars ». Tout est dit.

3

L’Audi S1 EKS RX QUATTRO

« Quick cars » donc, et c’est une bonne expression pour parler des bolides du WRX. Il faut dire qu’avec un poids de 1,3T (avec le pilote) et une puissance de 580ch, elles arrachent le tarmac. Basées sur des véhicules de série, enfin, plus d’un point de vue marketing que technique, les voitures du WRX sont des Audi S1 chez EKS. On nous a expliqué que le modèle WRX était « basé sur » la S1 de série, mais difficile de reconnaître autre chose que le badge S1 comme venant de la production en série. Du côté de la fiche  technique, le moteur est un 4 cylindres turbo de 2000cc, la transmission intégrale permanente quattro et la boîte est automatique à 6 rapports avec les passages de rapport manuels. Avec une longueur de moins de 4 mètres, l’Audi S1 WRX a vraiment un côté bombinette indéniable. Et comme elle passe de 0 à 100 en 2.4 secondes, ça n’est pas vraiment volé…

4

La course à Lohéac

Et la course alors ? On est un peu venu la pour ça… Et on n’a pas été déçus ! C’est bien simple, c’est le format de sport auto qui m’a le plus impressionné. Déjà parce que si les courses sont très courtes, les catégories sont nombreuses et donc ça roule beaucoup au cours de la journée. Il y a donc du spectacle en permanence sur la piste, grâce notamment au travail de fourmis de l’organisation et des commissaires qui permet aux manches de s’enchaîner sans interruption. A peine la course précédente terminée que les voitures suivantes chauffent leurs pneus pour se mettre en grille. Le spectacle, toujours.

Dans la catégorie qui nous intéresse, le World RX et ses supercars, c’est le pilote Kristofersson dans sa VW Polo qui domine sans partage le championnat. Il a près de 50 points d’avance, c’est l’homme à abattre. Ensuite viennent dans un mouchoir de poche les pilotes des Team EKS et Peugeot Hansen (pour qui roule Sébastien Loeb). Ils se tiennent tous en quelques points. L’objectif pour EKS est la victoire, avec un motto affiché sous leur tente : « Take back the Throne ». Et tout se passe pour le mieux pour les pilotes maison, qui font d’excellentes qualifications. Ils sont même si bien qu’ils arrivent chacun à se qualifier en tête pour les demi-finales. Et comme Mattias et Andreas gagnent leurs demies respectives, ils se retrouvent en P1 et P2 pour la finale. Ça commence à sentir bon. La course démarre et ils réussissent à conserver leurs positions après les deux premiers virages ou le gros des dépassements ont eu lieu tout le WE. Derrière, Kristofersson est coincé derrière les deux Peugeot. Ça sent très bon. Mal placé, il prend son tour Joker de suite. Les Audi creusent un petit écart mais Ekström, deuxième semble plus rapide que Bakkerund, premier, qui tasse un peu son coéquipier. Et le peloton regagne du terrain. Aucune des deux Audi n’a encore effectué son tour Joker et il semblerait que ça va se jouer au dernier tour. L’avance gagnée sera t-elle suffisante pour ressortir devant ? Ça s’annonce très juste alors que les Audi prennent le beau jump du tout Joker. Elles vont ressortir devant. Ou pas. Elles ressortent aux coudes à coudes avec Kristofersson mais il est le plus rapide et après avoir fait la course derrière il se retrouve premier avant le dernier virage. Incroyable. La S1 de Bakkerud termine P2 et celle de Ekström P4. Grosse désillusion, c’est la soupe à la grimace chez EKS et Andreas Bakkerud semble bien seul à fêter son podium. A voir la tête de Emil Axelsson, ça ressemblait à une erreur de stratégie pour le tour Joker. Ça s’est joué à rien, mais l’avance semblait bien mince pour tenter la victoire P1/P2…

Comme vous le voyez, on se prend très vite au jeu !! Le format Rallycross est vraiment exceptionnel et ce n’est pas pour rien que c’est la discipline qui monte. Des courses nerveuses, de la bagarre, de la glisse, des voitures qui finissent rarement une course sans perdre un morceau, des têtes à queues, de la poussière, des contacts… C’est vraiment à voir. Même à la TV, c’est un format parfait. Si vous n’avez jamais jeté un œil à une course, vous pouvez visionner la course que je vous ai racontée ici.

Le mot de la fin sera pour la Team EKS et son chaleureux accueil à Lohéac. Une belle équipe qui mérite tout le support qu’elle peut recevoir… Tu vois ce que je veux dire Audi Sport ?

Constructeur automobile : Audi

Audi

Audi est l’une de ces marques légendaires qui a su faire rêver des générations entières. A la fois excellente dans la production de véhicules et berlines de séries, la marque a également toujours été une référence dans le milieu des sports automobiles. Rallyes, Endurances, voitures de tourismes, DTM, … de très grands pilotes sont passés derrière le volant d’une Audi, on se souvient tous de Michèle Mouton, et plus récemment Tom Kristensen, Allan McNish, … pour ne citer qu’eux. Fondée en 1899, le constructeur a eu fort à faire sur le segment des voitures de prestiges face à une concurrence directe de Mercedes et BMW redoutable. Les résultats sont là, puisqu’aujourd’hui la marque est en grande forme, bénéficiant d’une excellente image de marque grace à son renouveau stylistique et des actions marketing sans failles. Forcement chez Garage des Blogs, nous avons une légère préférence pour les modèles S et RS..

Voir la fiche

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à naviguer sur ce dernier, nous considérons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

|