Pour une meilleure navigation
tenez votre tablette en
mode paysage

Pour une meilleure navigation tenez
votre smartphone en mode portrait

Tour Auto 2017 : je suis devenu copilote du légendaire Ari Vatanen !

Garage des blogs
Article

Avec les ouvreurs du Tour Auto 2017

Article

Tour Auto 2017 : je suis devenu copilote du légendaire Ari Vatanen !

Article

Skoda nous révèle Karoq, son SUV compact

Récemment BMW a eu l'incroyable idée de transformer une partie de l'équipe GDB en ouvreurs officiels du Tour Auto édition 2017. D'un côté Antoine au volant d'une 240i et de l'autre moi-même dans une M4 Edition Magny-Cours sur le siège passager avec le légendaire Ari Vatanen aux commandes.
C'est parti pour les 1000 km les plus dingues de ma vie !

1

Le Tour Auto ?

Si vous avez vécu dans une grotte ces 26 dernières années et vous n’avez pas la réponse à la question “c’est quoi le Tour Auto ?”, voici un petit update pour vous aider à mieux comprendre cet article. Le vrai nom de la course est Tour Auto Optic 2000  mais pour des raisons évidentes de “c’est trop chiant à dire” j’utiliserai « TAO » ou « Tour Auto » tout le long de mon article, désolé Johnny.

Le TAO est un rallye d’orientation réservé aux voitures de collection traversant la France entière depuis maintenant 26 printemps. Pour les plus nuls en maths, la première édition s’est donc tenue en 1992 et pour les plus anciens d’entre vous, le TAO est une espèce d’hommage simplifié du mythique Tour Automobile de France qui s’est arrêté l’année de ma naissance, en ’86. Par ailleurs, seules les voitures ayant déjà participé au Tour de France Automobile entre 1951 et 1973 sont éligibles au TAO.

Le “rallye” et “orientation” dans la même phrase veut dire qu’il s’agit d’une compétition automobile (homologuée par ailleurs par la Fédération Française du Sport Automobile) où les pilotes sont confrontés aux épreuves de vitesse (les spéciales) et aux épreuves d’orientation sur route ouverte, sans GPS.  Si vous avez déjà fait une course d’orientation au camp de scout quand vous étiez jeune, sachez que ça n’a rien à voir. 

Cette année le TAO a compté près de 250 équipages inscrits répartis en 2 catégories : régularité et compétition. Ne me demandez pas de vous expliquer la différence entre les 2, j’ai moi-même vaguement compris le truc.

Bref, le TAO est une vraie course automobile composée d’une population de gentlemen drivers qui viennent dégourdir leurs vieilles carrosseries pendant une semaine.

2

BMW France, partenaire officiel du Tour Auto.

Un évènement d’une telle envergure pourrait difficilement exister sans les partenaires comme BMW. Depuis maintenant 7 ans, le constructeur fournit un soutien considérable à cette compétition : les safety cars, les voitures d’assistance, les voitures ouvreuses et autres pilotes légendaires finlandais.

Du haut de ses 100 ans, BMW a une grande histoire dans le sport auto et notamment au Tour Automobile de France, le fameux qui n’existe plus. Une douzaine de BMW (maintenant devenues mythiques) ont marqué les esprits du Tour original entre 1951 et 1973, ce qui rend le partenariat d’autant plus légitime.

Liste des BMW qui peuvent participer au Tour Auto :

  • BMW 502 de 1957
  • BMW 507 de 1958
  • BMW 700S de 1960
  • BMW 1800 TI de 1964
  • BMW 2500 de 1969
  • BMW 1600 TI 1969
  • BMW 2002 TI 1969
  • BMW 2800 de 1970
  • BMW 2002 TII de 1972
  • BMW 30 CSL
  • BMW 3000 CS de 1972
  • BMW 3.0 SI 1973

C’est donc dans le cadre de ce partenariat de folie que j’ai pu devenir, le temps d’un week-end, le copilote d’Ari Vatanen.

3

Voiture 0 : BMW M4 Magny-Cours Edition.

Il faut que je vous avoue un truc : je n’ai pas vraiment fait le TAO. Enfin si, mais en fait non. Du moins mon nom ne figure pas sur la liste des 250 participants. En fait j’ai fait partie de l’équipage officiel des ouvreurs de la compet : ces voitures 000, 00, ou 0 qui passent avant les vrais participants pour faire des temps références et pour s’assurer que tout va bien sur le roadbook tracé. Autrement dit, au lieu de « galérer » dans une voiture de l’époque comme les autres, avec Ari on avait ni plus ni moins la BMW M la plus récente et la plus exclusive de nos jours : la BMW M4 Pack Compétition Edition Magny-Cours, limitée à 10 exemplaires seulement.

A peine présentée en Mars lors du reveal de partenariat entre la marque et le circuit, cette M4 est aussi radicale que magnifique. Voici quelques datas qui témoignent de son exclusivité :

  • Puissance 450 ch et 550 Nm de couple.
  • 0 à 100 km/h en 4,0 petites secondes.
  • Boîte de vitesses M DKG à 7 rapports.
  • Différentiel Actif M.
  • Magnifiques jantes en alliage léger forgées 20’’ style 666 M.
  • Sièges avant avec dossiers ajourés.
  • Ceintures de sécurité avec liserés aux couleurs BMW M GmbH.

4

C’est quoi être le copilote d’une légende ?

Maintenant que vous avez le contexte, il est temps que je vous raconte mon expérience.

Etre le copilote d’Ari Vatanen au TAO c’est un peu comme être le bassiste de David Gilmour en plein festival de rock : c’est tout simplement incoyable ! Partout où on va, tout le monde reconnait la rockstar et tout le monde veut un autographe ou un selfie. Traverser une foule de spectateurs avec Ari prend environ 100 fois plus de temps : il s’arrête pour chaque passionné qui l’interpelle, discute 2 secondes et laisse une preuve de rencontre gravée sur du papier ou dans une photo. Désolé pour vous les gars mais on est une voiture ouvreuse officielle et on a un planning à respecter. « Ari, il faut vraiment qu’on y aille, on va être en retard », j’ai dû prononcer cette phrase des dizaines de fois. La gentillesse et la disponibilité d’Ari envers son public n’a de limites que le planning de l’organisation du TAO…

Et quand je crois enfin être débarrassé des fans, il y a forcément un commissaire de course, un autre pilote ou un gendarme qui reconnait le Ari et qui interpelle à son tour notre M4 pour avoir un souvenir finlandais. Ca ne s’arrête jamais, jamais !

La plupart des gens sont tellement hystériques (j’ai vu des gens pleurer de joie, on aurait dit qu’ils étaient possédés !) en présence d’Ari qu’ils perdent complètement leur repères : du coup ils font des selfies avec moi aussi et moi aussi je signe des autographes. J’ai beau leur dire que je ne suis pas une star, rien n’y fait… Nope. NOPE en majuscules même.

Bref, une grande émotion permanente aux côtés d’Ari. Pendant ces 48h sur place j’avais beaucoup de mal à réaliser ce que j’étais en train de vivre.

Et qu’en est-il de la course ?

5

Ari Vatanen et le pire copilote du Tour Auto.

Dans la vraie vie je ne suis ni pilote ni encore moins copilote. J’avais déjà assisté à des rallyes avant mais mon rôle consistait plutôt à vérifier les essuie-glaces et nettoyer le pare-brise de la voiture de Saad à l’époque où il était copilote. J’avais une vague idée de ce que c’est qu’un roadbook mais j’étais loin d’imaginer la complexité de la mission qui m’a été confiée par BMW.

Premier matin de ma course, mal réveillé je galère à trouver l’adresse du parc fermé dans le roadbook de 300 pages. Première fois dans le baquet avec Ari et déjà obligé d’allumer Waze en espérant que le « Palais des Expositions » trouvé soit celui où on va… Ouf, c’est passé cette fois-ci.

Les kilomètres s’enchainent et j’arrive tant bien que mal à guider mon pilote. Cependant je n’ose pas lui demander de réinitialiser le compteur kilométrique à chaque note, je fais les calculs dans ma tête. « Ok le roadbook dit qu’on tourne à gauche dans 500m, on est à 176.2 km au compteur, ça veut dire qu’on doit tourner à …. 176.2 km + 500 m ça fait… ça fait…. IL FAUT TOURNER LA ARI DESOLE J’AI RATE ». Heureusement que le maitre Vatanen est patient.

 

Quand je chope enfin le rythme des notes et que je commence à me trouver bon (youhou ça fait une heure qu’on ne s’est pas perdu !), Ari ajoute une couche technique à mon roadbook :

Moi : Dans 300m ce sera à droite direction J’sais’pas’quoi.

Ari : C’est un tiraïte ou quitzémènerode ? 

Moi : …

Moi : …

Moi : Plait-il ? 

Ari : C’est un tiraïte ou quitzémènerode ? 

Moi : Désolé mais j’ai pas compris.

Ari  : C’est un virage en forme de T (en anglais « ti » + right = tiraïte) ou ou alors on quitte la route principale ? (quit the main road)

Au fur et à mesure, après avoir loupé la route une dizaine de fois, j’arrive à bien maitriser le truc. Les tiraïte et les tilefte n’ont plus aucun secret pour moi et j’arrive même à donner le numéro de la route à emprunter. A ce moment précis, après une pause technique, Ari demande si je veux conduire. Evidemment que oui, tu rigoles ou quoi ?

Moi : Alors on en est là sur le roadbook, le prochain virage est dans 3 km, ensuite on a ça puis ça.

Ari : Mais c’est toi qui vas faire ton copilote, je vais me reposer un peu.

Je me retrouve donc au volant de la M4 avec le roadbook sur les genoux et un Ari Vatanen qui dort à ma droite. La scène est tellement surréaliste que je roule à 2 à l’heure par peur de le réveiller…

Ici je ne réalise toujours pas ce qui m’arrive, je suis tellement ému que j’ai du mal à aligner une phrase.

 

Arrive alors le moment de la première spéciale…  L’ambiance me rappelle les années passées à jouer aux jeux vidéos, sauf que les Colin McRae et autres WRC  sont bien plus excitants en vrai. Pareil que dans les jeux vidéos ou à la télé, le décompte est lancé sur un petit boitier noir sur trépied: 9, 8, 7…. 3, 2, 1 GO !

Moi : Dans 300m ce sera à droite. 

Ari : *concentré sur ce qu’il fait*

Moi : Je crois que c’est ici à droite.

Ari : *éteint la radio qu’il a oublié d’éteindre*

Moi : Je sais pas si c’est le virage qui était indiqué dans les notes ou pas, je le voyais plus fermé.

Toujours moi : AH NON PARDON C’EST A GAUCHE, JE CONFOND TOUJOURS LES DEUX. 

Ari : *continue à enchainer TRES TRES fort*

Moi (je commence à être bien secoué) : ARI JE CROIS QUE J’AI PERDU OU ON EST.

Ari : C’est pas grave, accroche toi bien et profite.

Evidemment, je n’ai pas réussi à lire les notes d’une spéciale en entier une seule fois, ça va beaucoup trop vite et Ari roule beaucoup trop fort.

6

Conclusion ?

Deux semaines après le rallye, je n’arrive toujours pas à trouver les mots pour décrire cette incroyable expérience que j’ai vécue grâce à BMW. Ce Tour Auto 2017 fut probablement le moment la plus dingue de toute ma vie et restera gravé à tout jamais dans ma mémoire comme « 48 heures passées avec une légende ».

Un énooooooorme merci à toute l’équipe BMW qui m’a permis de vivre ces émotions. Merci à Ari pour son éternelle bonne humeur, les discussions politiques sans fin et pour toutes cette gomme que l’on a laissé sur le bitume quelque part entre Limoge et Biarritz. Sans oublier Peter Auto, un grand merci à l’organisateur de cet évènement exceptionnel.

Constructeur automobile : BMW

BMW

Constructeur bavarois né en 1916, BMW produit depuis ce jour des véhicules en cultivant une certaine image de la sportivité, que ce soit au travers de ses modèles de série mais aussi en développant de nombreux programmes compétition.

Voir la fiche

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à naviguer sur ce dernier, nous considérons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

|