Pour une meilleure navigation
tenez votre tablette en
mode paysage

Pour une meilleure navigation tenez
votre smartphone en mode portrait

La Seat la plus puissante jamais construite

Garage des blogs
Article

Michelin et son drag strip incroyable

Article

La Seat la plus puissante jamais construite

Article

Tout en glisse avec Jaguar et Land Rover

Depuis 1953, année durant laquelle Seat a rendu accessible l'automobile à l'Espagne, jamais le constructeur n'avait produit de voiture aussi puissante que cette nouvelle Seat Leon Cupra 300.

1

En avant toute

Seat fait depuis quelques années des efforts considérables pour rendre ses voitures toujours plus attractives. Le constructeur souffre d’un gros déficit d’image avec une perception de la qualité des modèles bien en deçà de ce qu’elle est réellement.

Depuis le rachat de la marque par le groupe allemand, Seat a subi une refonte en profondeur et offre désormais des prestations, des finitions et une fiabilité à la hauteur de ce qu’offre le groupe depuis des années.

Comme l’indique Seat, la premium-isation est déjà bien en route, et passe également par la production de modèles sportifs et pour ça il y a la gamme Cupra.

 

2

Un réel engagement dans le sport

Le constructeur n’est pas pour autant un débutant en matière de sportivité. Depuis des années, Seat a son propre championnat dans lequel sont engagées plus de 800 voitures chaque année qui s’affrontent sur 120 courses à travers le monde.

3

Encore plus puissant

C’est donc fort de cette légitimité et du succès de ses précédents modèles (9000 unités vendues dans le monde) que Seat se positionne petit à petit sur ce segment et hausse encore une fois le ton avec cette nouvelle version : la Leon Cupra 300.

Équipée du bloc 2.0 TSI, la Seat Leon Cupra développe désormais 300 ch et augmente son couple de 350 à 380 Nm. Disponible entre 1800 et 5500 tr/min, le 4-cylindres s’avère très polyvalent : il permet une conduite souple et coupleuse, mais également toujours apte au service lorsqu’il s’agit d’aller vite. Bridée électroniquement à 250 km/h, la Leon Cupra 300 est diablement efficace. Elle va très vite très vite. Les trains sont bons. Reliés au sol par des Michelin Pilot Sport Cup 2 (en option) et freinés par Brembo (en option), la voiture s’inscrit très facilement et avec précision. Les remontées d’informations sont bonnes et la direction plutôt précise. Le contrôle de la traction et l’ESC sont totalement déconnectables et la Leon Cupra autorise alors une conduite encore plus sportive. Le différentiel autobloquant Haldex fait très bien son office et fait passer l’intégralité des 221 kW (oui parfois je parle en kW et alors ?) au sol.

4

Une version 4DRIVE

Parmi les nouveautés de cette nouvelle génération de Leon Cupra, l’arrivée d’une version 4 roues motrices pour la version ST uniquement. Après avoir fait une apparition sur la génération 2000 de la Leon Cupra, la transmission 4 roues motrices revient. Le système 4Drive vient ici apporter plus de sécurité au modèle.

5

D'autres améliorations techniques

La version Cupra 300 bénéficie des mêmes améliorations que la version FR que nous avions testée il y a peu ; à savoir : de nouveaux projecteurs LED, un frein à main électrique, un GPS agrandit à 8″ qui devient tactile, ou encore le Trafic Jam Assist.

Version Cupra oblige, elle s’offre quelques attributs uniques comme la disposition du logo Cupra à l’avant et à l’arrière, des étriers de freins rouges et de deux sorties d’échappements chromés. Elle arbore plus d’appendices aéro comme un spoiler arrière et des prises d’air légèrement agrandies à l’avant.

Pour les plus téméraires, parmi les nouvelles teintes, en plus du bleu électrique, le Rouge Desir fait son entrée et fait gagner encore 40ch à la voiture car #LeRougeÇaVaVite.

A l’intérieur bien sûr, les sièges sont également siglés Cupra, le pédalier en aluminium vêtu de caoutchouc anti-dérapant et le bouton de transformation de la voiture : le Drive Profil de la Cupra qui permet de choisir 5 modes qui vont agir sur le ressenti pédales, la direction, la boite de vitesse, le DCC (suspensions pilotées) et le réglage du différentiel.

6

Polyvalence vs. Sportivité

A y regarder de plus près, comme les précédentes générations, la nouvelle Seat Leon Cupra 300 ne souffre d’aucun défaut. La voiture est efficace, va à l’essentiel. Le freinage est endurant, le comportement équilibré et constant dans l’effort. La copie semble excellente. Et pourtant…il manque quelque chose et ce n’est pas technique.

Effectivement, il faut admettre que la Leon Cupra demeure très neutre. Sa polyvalence en fait une voiture à la fois confortable et performante, mais très raisonnable.

S’en suit alors l’éternel débat : une voiture sportive a-t-elle le droit d’avoir un visage sage ?

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à naviguer sur ce dernier, nous considérons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

|