Pour une meilleure navigation
tenez votre tablette en
mode paysage

Pour une meilleure navigation tenez
votre smartphone en mode portrait

Seat 4Drive sur les plus belles routes de Finlande

Garage des blogs
Article

1200 km en Audi S Q5

Article

Seat 4Drive sur les plus belles routes de Finlande

Article

Skoda Octavia RS 245

Vous connaissez la Finlande ? C'est un pays avec plus de lacs que d'habitants. C'est aussi un pays où les routes sont parfois goudronnées, parfois non, mais toujours magnifiques.

1

Quelle voiture choisir ?

Nous avons dû choisir, pour affronter les kilomètres de pistes finlandaises, entre le Seat Ateca FR et la Seat Leon ST Cupra 300 4Drive. D’un côté, l’approche rationnelle d’un SUV bien motorisé pour faire des kilomètres de tout-chemin, d’un autre côté une familiale énervée mais polyvalente.

J’ai choisi la polyvalence.

 Seat-Leon-Cupra-ST

Cliquez sur l’image pour accéder à la fiche technique.

2

Le couteaux suisse ibérique

Ce côté couteau suisse de l’automobile m’avait un peu agacé lors des essais sur piste de cette dernière. Agacé, parce que le potentiel de cette auto est tel que, quelque part, on regrette que Seat ne soit pas allé plus loin avec cette familiale.

Et puis, en fin de compte, j’avais eu ma dose de fun avec elle sur un lac gelé. Son côté polyvalent avait encore frappé, mais ce coup-ci avec la carte de la technologie et à force de faire des travers sur la glace, je m’étais fait à l’idée que la polyvalence n’était pas un mal si tant est qu’on puisse tout déconnecter.

Fort de ce souvenir, j’étais bien décidé à m’amuser sur chaque type de route que propose la Finlande et de faire fi du confort d’un SUV bien suspendu au profit de la voiture la plus schizophrène de son segment.

3

ESP : On

La Finlande a la particularité d’avoir des routes somptueuses et une tolérance nulle en matière de vitesse. La règle est simple : tu flirtes avec la limite à hauteur de 4-5 km/h ça passe moyennant une centaine d’euros. Au dessus, c’est une bonne partie du salaire qui s’envole. Et comme mon Finlandais est un peu rouillé, la perspective de négocier dans un commissariat proche de la frontière russe ne m’enchantait guère. De ce fait, sur les liaisons aux abords des grandes villes, nous profitions du paysage, du régulateur de vitesse et du lane-assist.

Fort heureusement, le réseau secondaire, en Finlande, n’est ni plus ni moins qu’une succession de spéciales du Championnat du Monde des Rallyes. 

Donc, à moins d’être l’un de ses sorciers finlandais du WRC, nous avions de la marge avant de nous ennuyer.

 

4

ESP : Off

Je ne vous le cache pas, je ne suis pas un as de la piste en terre. Le WRC, et le rallye de manière plus générale, est quelque chose d’assez mystérieux à mes yeux. Je comprends le côté excitant de rouler à toute allure, mais ajouter à ça des arbres, un grip complètement aléatoire et ce “je ne sais quoi” qui peut surgir à tout moment : ça me bloque.

 

Et pourtant,  j’ai fini par tout couper. 

Ce week-end à #LoheacRX on m'a dit : "pour les travers, faut demander aux Finlandais" du coup je suis allé voir.

Une publication partagée par A N T O I N E D. (@contreappel) le

Après avoir apprivoisé gentiment les sentiers finlandais, j’ai fini par tout couper. Le système 4Drive fonctionnant de façon plutôt douce, au fur et à mesure des kilomètres, j’ai fini par prendre la mesure de la voiture et me familiariser avec le grip de ce revêtement si étrange à mes yeux. Mon instinct d’idiot a repris le dessus et, ni une ni deux, voici la voiture en mode manuel et l’ESC coupé.

Il ne reste plus que moi, les 300ch du bloc 4-cylindres et le système 4Drive. Et bien on a passé encore un super moment.

Le combo, puissance-couple-motricité-DSG fonctionne bien et est sans mauvaise surprise. La voiture réagit de façon saine, mesurée et avec constance.

À certains moments, j’ai eu peur que le terrain n’abîme la voiture : les bas de caisse plutôt bas, les jantes larges, les pneus aux flancs très fins : tout n’était pas vraiment propice au roulage sur piste et pourtant, pas une crevaison, des jantes intactes et des lombaires pas trop foutues.

Je vous cache pas que j’ai adoré la région et qu’il me tarde de recommencer l’aventure. Pourquoi pas avec l’Ateca Cupra ?

Constructeur automobile : Seat

Seat

SEAT (Sociedad Española de Automóviles de Turismo) est un constructeur automobile espagnol, créé le 9 mai 19501 par la volonté du gouvernement espagnol avec l’aide de Fiat (qui détenait 7 % du capital de la nouvelle société) et de sept grandes banques du pays (42 %). Il fut d’abord géré par l’Instituto Nacional de Industria (propriétaire de 51 % du capital), et fut maintenu jusqu’en 1982 sous le contrôle de Fiat. C’est depuis 1986 une filiale du groupe allemand Volkswagen

Voir la fiche

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à naviguer sur ce dernier, nous considérons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

|