Pour une meilleure navigation
tenez votre tablette en
mode paysage

Pour une meilleure navigation tenez
votre smartphone en mode portrait

Ce que j’ai pensé du BMW X5 40 e

Garage des blogs
Article

À l'Audi Summit on a vu la nouvelle Audi A8

Article

Ce que j’ai pensé du BMW X5 40 e

Article

BMW R Nine T Urban G/S

eDrive, e-tron, electric drive, twin engine, l'hybridation des gros SUV se repend de plus en plus, mais chaque constructeur a sa manière de faire. Aujourd'hui, on s'intéresse à la version bavaroise avec le BMW X5 40e eDrive.

1

Est-elle belle ?

Les goûts et les couleurs, on le sait, ne se discutent pas. Cependant, qu’en est-il de cette version spéciale ?

Le design du BMW x5 est désormais connu de tous et pas de grands changements pour cette version eDrive. Cependant, le modèle affiche quelques signes extérieurs de différences.

La calandre bleu électrique – immanquable –  ainsi que des badges BMWi sur les côtés. Autre élément distinctif : une trappe pour la prise électrique vient de se loger sous le rétroviseur gauche.

Pour le reste, le SUV garde son style massif avec une ligne d’épaule très haute et des surfaces vitrées plutôt fines.

Très franchement, je trouve que la calandre bleue spécifique donne du cachet au X5 qui, par ce petit détail, s’embourgeoise et affiche discrètement mais surement que lui est différent des autres. Vous voyez ? Si le BMX X5 était une chaussure de luxe, la version eDrive serait une Louboutin. 

2

Qu'en est-il de son intérieur ?

Indéniablement, l’intérieur de la BMW X5 40e est confortable. L’assemblage est bien fait et les matériaux choisis sont de noble qualité.

Malheureusement, la BMW X5 40e souffre de son âge avec un intérieur encore d’ancienne génération. Il conserve par exemple ses compteurs à aiguilles et surtout de nombreux boutons sur la console centrale.

Cependant, le système BMW connected drive demeure le système multimédia le plus intuitif à utiliser par rapport à ses rivaux allemands. Avec également une mention spéciale pour l’écran central qui devient enfin tactile.

Malgré la multitude de boutons à l’intérieur, l’ambiance reste sobre et c’est confortable à vivre. Après, c’est vrai, pour 75,000€ en prix d’appel, on est en mesure de s’attendre à davantage de technologie à bord. 

3

Et l'hybridation ?

La BMW X5 40e est équipée de deux moteurs :

  • un moteur thermique : 4-cylindres, 2,0 litres, développant 245 chevaux,
  • un moteur thermique de 83 kW soit 113 ch.

L’ensemble produit une puissance cumulée de 320 ch et offre 480 Nm de couple. Les deux moteurs agissent après la transmission avec le groupe thermique qui officie sur les roues arrières tandis que le moteur électrique agit sur les roues avants.

La BMW X5 40e s’équipe d’un système eDrive qui gère de façon totalement automatique l’utilisation des deux moteurs. Il est possible cependant d’activer un mode de sauvegarde du moteur électrique qui forcera la voiture a utiliser son moteur thermique afin de conserver un bon niveau de batterie du moteur électrique. Au même titre qu’il est possible de forcer l’usage exclusif du moteur électrique. L’autonomie théorique est de 50km mais a l’usage et en conditions réelles, elle est plutôt de 30km.

Ces systèmes d’hybridation rendent les SUV nettement plus acceptables en ville. Lorsqu’il a fallu traverser des zones mixtes : piétons/voitures, il n’est jamais bien vu de rouler dans un énorme SUV : les gens râlent, c’est plus fort qu’eux. Mais lorsqu’ils se rendent compte que la voiture roule sans un bruit et sans consommer une goutte d’essence, alors, les passants sont stupéfaits et esquissent même un petit sourire. Qui aurait pu imaginer qu’un jour on allait sourire aux 4×4 en ville ? 

4

Qu'est-ce qu'on retient d'autre ?

La BMW X5 40e est un SUV plein de contraste.

  • C’est un 4×4,
    …mais il est accepté en ville.
  • Il est énorme,
    …mais discret.
  • Il est passe-partout
    …mais très reconnaissable.
  • Sa motorisation est de nouvelle génération,
    …mais son intérieur d’un autre temps.

C’est là tout le contraste de cette voiture. Plusieurs points seront rédhibitoires pour certains, là où d’autres accepteront ses petits défauts au profit d’atouts très séduisants.

Pour ma part, je suis un peu dans l’embarras.

D’un côté, j’ai adoré rouler en ville avec : c’était un vrai plaisir d’évoluer en silence, haut perché dans un habitacle si spacieux. C’était reposant et on se sentait même très isolé du brouhaha citadin.
D’un autre côté, qu’elle n’a pas été ma surprise de constater qu’à partir de 120 km/h, l’aiguille de la jauge d’essence descend très vite non pas à cause d’un petit réservoir (85 litres !) mais d’une consommation gargantuesque (12 l/100 sur autoroute). Effectivement, force est de constater que le bloc thermique est sous-motorisé pour un si gros véhicule et qu’il est obligé de chercher la puissance à de très haut régimes pour le faire avancer et consomme donc un max d’essence.
En fin de compte, on paye sur l’autoroute le weekend l’essence que l’on n’a pas consommé durant la semaine en ville. 

Pour le reste, j’ai adoré son style : sobre avec sa robe noire, mais si chic avec ses détails eDrive, il me tarde de faire connaissance avec la génération à venir qui – j’en suis sûr – corrigera beaucoup des défauts de ces versions encore atypiques. 

Constructeur automobile : BMW

BMW

Constructeur bavarois né en 1916, BMW produit depuis ce jour des véhicules en cultivant une certaine image de la sportivité, que ce soit au travers de ses modèles de série mais aussi en développant de nombreux programmes compétition.

Voir la fiche

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à naviguer sur ce dernier, nous considérons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

|