Pour une meilleure navigation
tenez votre tablette en
mode paysage

Pour une meilleure navigation tenez
votre smartphone en mode portrait

Avec les ouvreurs du Tour Auto 2017

Garage des blogs
Article

Audi R8 Spyder, la sportive topless

Article

Avec les ouvreurs du Tour Auto 2017

Article

Tour Auto 2017 : je suis devenu copilote du légendaire Ari Vatanen !

Vivre le Tour Auto dans son intégralité, c'est déjà quelque chose d'assez unique. Le faire avec l'équipe organisatrice c'est encore mieux.

J’ai eu la chance de réaliser l’intégralité du Tour Auto avec BMW France aux côtés des ouvreurs du rallye. Liaisons, portions fermées, circuits et autres spéciales de nuits : nous avons tout fait. Seule différence ? Nos voitures : modernes et très performantes.

1

500 km+ de roadbook quotidien

Chaque matin, les participants reçoivent le roadbook de la journée qui se découpe – la plupart du temps – en trois temps forts : les liaisons, les spéciales fermées et les circuits.

Les liaisons sont des portions routes non chronométrées dont le but est de relier deux étapes entre elles. Les concurrents « Compétition » comme « Régularité » ont un temps maximum qui leur est imparti pour avaler ces liaisons.

Les spéciales sont des portions de routes fermées à la circulation et exclusivement réservées à la course. Les « Compétition » doivent réaliser le meilleur temps possible, les « Régularité » eux, doivent, mètre par mètre, respecter leur moyenne annoncée.

Et enfin, les épreuves sur circuit dont le fonctionnement est identique aux spéciales fermées.

Chaque minute d’avance est pénalisée par deux minutes de pénalité et chaque minute de retard est pénalisée de 10 secondes. En moyenne, une journée type du Tour Auto est composée de 2 spéciales chrono et d’une épreuve sur circuit pour une distance moyenne de plus de 500 km par jour.

Je vous en raconte un peu plus sur le raodbook ici.

2

Être ouvreur c'est quoi ?

Comme son nom l’indique, le rôle d’un ouvreur est d’ouvrir le rallye. Les ouvreurs partent avec une heure d’avance sur la course et vérifient que tout est en place pour les 242 concurrents.

Ils s’assurent que le roadbook est toujours compréhensible et que la route n’a pas été modifiée par des imprévus. Si une déviation est inévitable, il faut alors leur indiquer la route à suivre par un fléchage spécifique. Idem pour les départs de spéciales fermées, les ouvreurs vérifient que les ASA locales sont bien en place et ont ce qu’il faut pour le début de l’épreuve.

La course commence une fois que les ouvreurs ont établi les temps de référence. Ces temps sont censés être « idéaux et en conditions« . Établir ce jalon une heure avant les participants permet de tenir compte de la météo, du revêtement et des aléas qui pourraient intervenir et influencer les chronos.

Spéciales fermées et circuits, même combat : vérifications et full-attack sur piste !

3

Notre adversaire le plus coriace : le timing !

Partir une heure avant les participants, plus simple en théorie qu’en pratique.

Non pas que nous partions à la bourre, mais nous accusions du retard à cause de tous les aléas que nous pouvions rencontrer sur la route. Régler ces derniers détails prend du temps et les concurrents – eux – remontaient systématiquement sur nous.

Les épreuves ne pouvant pas débuter sans le passage des ouvreurs, notre convoi devait être devant les premiers participants quel qu’en soit le prix.

Je ne vous cache pas que quelques pauses-déjeuner ont sauté, mais l’esprit d’équipe qui régnait dans notre convoi d’ouvreurs méritait bien ces petites concessions.

4

Faire le Tour Auto en équipe

Contrairement aux autres concurrents qui passent leurs journées à deux, nous étions un groupe solidaire de 10 personnes qui partagions ensemble ces magnifiques kilomètres. Ce qui ajoute à ce rallye une belle dimension humaine.

Et même si notre réveil sonnait tous les matins à 4h30, les réjouissances de la journée valaient bien ces sacrifices.

Le bon côté d’un réveil matinal, c’est que chaque jour, nous assistions au lever du soleil sur les plus belles route de France. De la Bretagne à Limoges et jusqu’à Biarritz : des paysages nouveaux, une lumière incroyable et même de la neige.

Être ouvreur c’est aussi être les annonciateurs d’une bonne nouvelle : le rallye arrive.

Beaucoup attendaient sur le bord de la route de voir passer ce convoi surréaliste de 242 voitures rutilantes et vrombissantes. Les visages s’illuminaient au passage de notre convoi (exceptionnel lui aussi) composé de deux BMW M3, une BMW M4, notre BMW M240i et la très exclusive BMW M4 édition Magny-Cours pilotée par Ari Vatanen.

Sans compter que toutes les spéciales et circuits n’attendaient que nous : c’était open-bar*. Avoir des circuits comme le Bugatti, le Val de Vienne, Albi ou Pau-Arnos rien que pour nous : avouez que c’est un privilège assez unique. Partager ces moments avec de grands pilotes comme Ari Vatanen ou François Chatriot, c’est inoubliable.

*Nous n’avions pas de train de pneus supplémentaires, il fallait donc être raisonnables sur circuit. 

5

Remerciements

Je tiens à remercier très chaleureusement toute l’équipe avec qui j’ai partagé ce Tour Auto.
Merci à l’équipe BMW France : Sandra, Émilie, Louis et Jérémie de m’avoir invité et d’avoir fait de ces 5 jours un souvenir magnifique.
Félicitations à Sandra de m’avoir supporté comme pilote et co-pilote durant ces 5 jours !

Merci à Peter Auto et les ouvreurs : Jean-Michel et Elena, François et Isabelle, sans oublier Greg, Arnaud et la Garde Républicaine et Marc.
Merci à tous pour cette expérience si riche et inattendue.

Constructeur automobile : BMW

BMW

Constructeur bavarois né en 1916, BMW produit depuis ce jour des véhicules en cultivant une certaine image de la sportivité, que ce soit au travers de ses modèles de série mais aussi en développant de nombreux programmes compétition.

Voir la fiche

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à naviguer sur ce dernier, nous considérons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

|