Pour une meilleure navigation
tenez votre tablette en
mode paysage

Pour une meilleure navigation tenez
votre smartphone en mode portrait

Nouvelle Audi S5 Coupé

Garage des blogs
Article

BMW ///M et Magny-Cours se sont dit oui !

Article

Nouvelle Audi S5 Coupé

Article

La Laponie pour tester le 4Drive de Seat

Nous avons profité des essais de la nouvelle Audi A5 dans les Cévennes pour prendre le volant de sa cousine S5, en carrosserie Coupé. C'est la plus puissante de la gamme en attendant la RS 5. La S5 développe 354 chevaux soit exactement autant que la première du nom en 2008. Seulement celle-ci troque un V8 atmosphérique pour un V6 turbo. Saloperie de downsizing. Mais ne boudons pas notre plaisir, il envoie comme il faut !

Le grand coupé Audi A5, dessiné par Walter de Silva est un des plus beaux dessins de la filme d’Ingolstadt. Loué pour ses proportions de vrai coupé, l’A5 se vend finalement plus carrosserie Sportback qu’en Coupé. Et si l’équilibre n’est pas loin au global avec un ratio de 60/40 en faveur du Sportback, en France c’est plus marqué encore : le Coupé ne représente qu’un quart des ventes. Quant à notre S5, déclinaison dynamique sinon sportive, il est assez étonnant d’apprendre qu’une A5 sur 5 vendue est une S ou une RS. C’est certainement un des ratios S/RS es plus hauts de la marque.

Comme souvent avec les renouvellements de gamme chez les constructeurs Premium, l’évolution stylistique est toujours assez timide. Concernant la S5 c’est certes léger mais tout de même visible. La calandre est plus basse que sur la génération précédente et oblige le capot à plonger plus bas. Puis il y a ces quatre merveilleuses nervures sur capot qui donnent le ton. Sportivité. Dynamisme. Les lignes initiées à l’appui des phares se poursuivent sur les flancs pour donner de la fluidité au dessin. Enfin, au niveau des hanches, ou plutôt des ailes arrières, on retrouve un peu de rondeur. A l’arrière les 4 pots d’échappement rappellent aux étourdis qu’ils sont devant – enfin, derrière, souvent – une S5.

A l’intérieur, pas de surprise, à moins de ne pas connaitre l’intérieur de l’A4. Avec la S5, le Virtual Cockpit est de série. Et il est toujours aussi agréable à utiliser. La planche de bord toujours aussi aérienne, offrant un sentiment d’espace grâce aussi à la console centrale qui n’est pas trop imposante. L’assise des sièges est confortable et assez ferme. On se répète mais les commandes tombent sous les doigts et les finitions sont impeccables. Quoi dire de plus ? Qu’il y a assez d’assistance dans la S5 pour la laisser conduire sur autoroute ou dans les bouchons ? Oui c’est vrai. Entre le régulateur adaptatif et les assistants de maintien de ligne, elle peut conduire presque toute seule. Mais en a t-on vraiment envie ?

PAS SÛR ! Il n’y a pas beaucoup d’autoroute sur le roadbook, aucune raison donc de laisser la S5 nous conduire. Par contre la route est belle et assez déserte en ce dimanche matin. L’occasion de tester le tempérament de cette S5. On enfonce la pédale de l’accélérateur et les 500 Nm de couple nous propulsent déjà à une allure répréhensible. Il va falloir faire attention, ça pousse fort. Y’en a partout : en bas, au milieu, en haut. Le V6 bien épaulé du turbo déploie sa puissance dès 1500 tours et ce jusqu’au rupteur à 6500. C’est une boite Tiptronic qui se charge de passer la puissance car avec 500 Nm de couple, la S Tronic ne sait plus faire. Il faut dire que la S5 boucle le 0 à 100 en 4,7 secondes, un chrono de supercar. Le comportement du châssis est irréprochable et avec la transmission quattro, la S5 profite de chaque cheval disponible. Et nous aussi. Habitué au comportement pas toujours très fun des autos de la marque, la S5 s’est démenée pour nous offrir des sensations bien agréables en sortie de courbe rapide. CA A BOUGÉ DE L’ARRIERE ! SI SI ! Quattro plus permissif ou coup de chance, en tout cas on n’a pas boudé notre plaisir dans les enchainements de virages et de lacets. De même, la direction assistée électroniquement offre une réactivité accrue à la S5 et participe au sentiment de légèreté du train avant. L’auto semble plus maniable, plus agile. Côté son on reste un peu sur notre faim, mais dans le mode Dynamique, l’échappement est tout de même bien présent. Pour en avoir plus, à ce poste ou ailleurs, il faudra attendre la RS 5.

Déjà conquis par l’A5/S5 à l’arrêt, et son style si réussi, que dire de la partie dynamique ? Pour avaler les kilomètres d’autoroute en mode cruising ou attaquer un peu plus sérieusement, la S5 semble savoir tout faire avec talent. Et on ne vous parle même pas de ses aptitudes dans les flaques de boue. Non vraiment, elle est très polyvalente. Ce qui est un compliment. Après vous nous connaissez… On attend avec impatience la version moins polyvalente. La RS 5. Et c’est encore un compliment… Enfin, côté finances et c’est toujours là que ça pique, la S5 Coupé démarre à 75.000 euros. 

Constructeur automobile : Audi

Audi

Audi est l’une de ces marques légendaires qui a su faire rêver des générations entières. A la fois excellente dans la production de véhicules et berlines de séries, la marque a également toujours été une référence dans le milieu des sports automobiles. Rallyes, Endurances, voitures de tourismes, DTM, … de très grands pilotes sont passés derrière le volant d’une Audi, on se souvient tous de Michèle Mouton, et plus récemment Tom Kristensen, Allan McNish, … pour ne citer qu’eux. Fondée en 1899, le constructeur a eu fort à faire sur le segment des voitures de prestiges face à une concurrence directe de Mercedes et BMW redoutable. Les résultats sont là, puisqu’aujourd’hui la marque est en grande forme, bénéficiant d’une excellente image de marque grace à son renouveau stylistique et des actions marketing sans failles. Forcement chez Garage des Blogs, nous avons une légère préférence pour les modèles S et RS..

Voir la fiche

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à naviguer sur ce dernier, nous considérons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

|