Pour une meilleure navigation
tenez votre tablette en
mode paysage

Pour une meilleure navigation tenez
votre smartphone en mode portrait

Comment fabrique-t-on une Seat Leon TCR ?

Garage des blogs
Article

Qui se cache derrière le roadbook du Tour Auto ?

Article

Comment fabrique-t-on une Seat Leon TCR ?

Article

Audi R8 Spyder, la sportive topless

Seat Sport nous a convié à venir découvrir les coulisses de la fabrication de leur Seat Cup Racer Evo, leur modèle de compétition pour le championnat TCR.

1

La naissance d'un modèle

La Seat Cup Racer n’a pas toujours été une voiture de TCR. La voiture de course avait sa propre existence bien avant la naissance du championnat TCR. Pendant longtemps, Seat avait son championnat maison : la SuperCopa. Le groupe a décidé de partir de cette base – riche en expériences de course – pour la conception de tous ces modèles de course : la Seat Leon Cup Racer, La VW Golf GTI TCR et l’Audi RS3 LMS.

2

Le châssis, une base de série

Comme l’exige le championnat TCR, beaucoup de composants de la voiture doivent provenir de modèles de série. C’est le cas du châssis. Le châssis de la Leon 5 portes arrive nu à l’atelier de Martorell en Espagne où il subit quelques modifications.

Tout d’abord, la découpe. Il faut pouvoir loger le nouveau réservoir FIA de 100 l, mais également reculer et recentrer le siège du pilote afin de le préserver des chocs latéraux. Enfin, toutes les fixations inutiles sont extraites de la carcasse pour gagner du poids.

Ensuite, les fixations de divers supports comme celui de la batterie qui vient se placer dans le bac de la roue de secours, mais également les tubes pour les “air-jacks”.

Pour la rigidité, quelques points de renforts sont ajoutés, mais ce sont les arceaux de sécurité qui vont venir rigidifier considérablement la structure de la voiture.

3

Le moteur, 99% de série

Là aussi, réglementation l’oblige : le moteur doit être d’origine. Il s’agit donc du bloc 4-cylindres de 2.0 l. Il ne subit aucune modification à l’exception de l’auto-pompe de circulation d’huile chaude de série qui est remplacée par une version de compétition.

En terme de cartographie, le bloc est poussé au maximum de son rapport performance/fiabilité et libère 350ch à 6800 tr/min.

Pour l’entretien, Seat Sport n’assure pas la maintenance. Le coût de la réparation du moteur coute beaucoup plus cher à l’écurie lorsqu’un moteur neuf coûte seulement 8000€. Dans ces conditions, il est bien plus rentable pour l’écurie de rouler avec un moteur neuf.

4

Un modèle, deux boîtes possibles

Deux modèles de boîtes de vitesses sont disponibles sur la Seat Leon Cup Racer. La boîte maison DSG 7 et une boite Sadev 6. Niveau performance c’est – étonnamment – très proche.
Sur circuit, la voiture n’accuse qu’un retard au tour de quelques dixième en boite DSG.
La véritable différence se situe au niveau du différentiel. Celui de la boite DSG est électronique et offre trois mapping différents. Celui de la boite Sadev est mécanique et requiert donc des réglages au préalable de façon manuelle : beaucoup plus complexe, mais aussi beaucoup plus raide.

5

Des trains roulants 100% Seat

C’est sans doute la partie de la Seat Leon Cup Racer qui bénéficie le plus de l’expérience du constructeur. Les trains roulants sont presque entièrement ré-usinés. La base demeure celle de la Leon Cupra mais déjà la crémaillère de direction est re-calibrée afin d’offrir une direction qui sied mieux à la compétition.
Ensuite, les voies sont élargies d’environ 40 cm (!) et  bénéficient surtout de pièces beaucoup plus légères. Les trains se terminent avec des triangles de suspensions entièrement maison et équipés de platines ajustables brevetées permettant le réglage simple et rapide du carrossage.

6

Aéro et liaison au sol

Le kit carrosserie est bien évidemment musclé pour accueillir les voies élargies. L’avant bénéficie d’un front-splitter en carbone et l’arrière d’un diffuseur également en carbone. Immanquable, l’aileron en aluminium ne pèse seulement que 5 kg et offre environ 100 kg d’appui aérodynamique. Il sert avant tout à stabiliser le train arrière de la voiture.

Pour la liaison au sol, ce sont des pneus symétriques Michelin Compétition qui équipent toutes les voitures du championnat TCR. Deux modèles : slicks et wet. Le tout freiné par du AP Racing, 6 pistons à l’avant et mono à l’arrière.

Constructeur automobile : Seat

Seat

SEAT (Sociedad Española de Automóviles de Turismo) est un constructeur automobile espagnol, créé le 9 mai 19501 par la volonté du gouvernement espagnol avec l’aide de Fiat (qui détenait 7 % du capital de la nouvelle société) et de sept grandes banques du pays (42 %). Il fut d’abord géré par l’Instituto Nacional de Industria (propriétaire de 51 % du capital), et fut maintenu jusqu’en 1982 sous le contrôle de Fiat. C’est depuis 1986 une filiale du groupe allemand Volkswagen

Voir la fiche

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à naviguer sur ce dernier, nous considérons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

|