Pour une meilleure navigation
tenez votre tablette en
mode paysage

Pour une meilleure navigation tenez
votre smartphone en mode portrait

L’expérience du diesel chez Maserati

Garage des blogs
Article

"2 concepts 1 pick-up" chez Mercedes

Article

L’expérience du diesel chez Maserati

Article

Dans la boue avec le Seat Ateca

Voyager avec style, mais raison. Voilà le cahier des charges de cet essai dans le pays Franc-Comtois.

1

À faire tourner les têtes

Tous les goûts sont dans la nature mais force d’admettre que le raffinement italien fait toujours sensation. La Maserati Ghibli n’échappe pas à la règle. Elle affiche une ligne dynamique, fluide, étendue. Les codes de Maserati sont conservés : calandre fuselée, museau bas. On retrouve le trident sur les côtés et à l’arrière. L’équilibre entre élégance et sportivité est bien respecté notamment grâce à une juste proportion entre surfaces vitrées et ceinture de caisse. Enfin, comme sur chaque modèle de la marque, chaque branches des jantes s’inspirent du trident de Poseidon.

La passion pour la marque se constate encore et toujours car nombreux sont les curieux qui se retournent ou s’arrêtent pour admirer la Maserati Ghibli.

2

Du bon et du moins bon

À son bord, pas de doute possible, nous sommes bien à l’intérieur d’une Maserati, tant le trident y est présent : volant, fond de compteur, broderie des appuis-tête sans oublier l’horloge à quarts qui trônent au milieu de la console centrale. Le style est épuré. Beaucoup de boutons sont présents, mais parfaitement intégrés dans le style du tableau de bord.

Le confort à bord y est de bon niveau malgré une isolation phonique perfectible. En outre la finition et la qualité perçues restent bonnes même si l’on souhaiterait voir disparaître les commandes en plastique rappelant un peu trop celles de leurs cousins les Jeep.

Enfin, l’ergonomie est bonne et l’équipement à bord complet. Le nouveau système multimédia Maserati Touch Control + fonctionne avec plus de fluidité. Il accueille également la technologie CarPlay pour une meilleure intégration de son smartphone. La Maserati Ghibli accueille toutes les aides à la conduite disponibles sur le marché : régulateur de vitesse adaptatif, détection d’angle mort, détection piéton, avertisseur de franchissement de lignes blanches ou encore caméra à 360°.

3

Trop sage ? Non.

Pour ce roadtrip, ma curiosité m’a poussé à choisir la motorisation Diesel de la Maserati Ghibli. Bien que ce mariage soit surprenant, je voulais goûter à cet étonnant assemblage d’une Maserati et d’un moteur diesel.

Il s’avère que le moteur V6 3.0 L de 275ch a un comportement généreux et souple qui confère à la Maserati Ghibli des aptitudes routières plutôt agréables. À bas régime le moteur est trop présent dans l’habitacle, mais plus haut dans les tours, le son devient plus mélodieux et agréable à l’oreille.

Si l’essence change, la transmission reste, la Maserati Ghibli est une pure propulsion – ce qui est de plus en plus rare sur le marché – et conserve un côté joueur qui n’est pas pour nous déplaire. En effet, ses 600 Nm de couple sur les roues arrières rendent la Ghibli franchement amusante. On oublie alors qu’il s’agit d’une routière diesel et on se surprend à vouloir faire glisser le train arrière.

En fin de compte, la Maserati Ghibli Diesel fait preuve de sagesse avec cette version diesel plus sobre et abordable (68 000€ prix de base). On regrette tout de même la présence de commandes en plastique et d’une isolation phonique perfectible. Cependant, elle conserve tout les traits de caractère d’une vraie voiture italienne : un look sportif et chic et un comportement plus joueur qu’il n’y paraît.

Et puis, une fois n’est pas coutume, voyager avec style : ça compte…!

Constructeur automobile : Maserati

Maserati

Née en 1914 en Italie, à Bologne plus exactement, Maserati est un constructeur italien dont le symbole est le trident de la fontaine de Nepture, sur la place principale de la ville. C’est effectivement dans la grande ville du nord de l’Italie que les frères Maserati ont d’abord lancé leurs ateliers puis commencé à produire des véhicules. 100 ans plus tard, la marque est désormais installée à Modène et fait partie avec Alfa-Romeo du pôle premium / milieu-haut de gamme du groupe FCA. Après de longs mariages plus ou moins fructueux et une destinée somme toute chaotique mais semée de voitures légendaires et de succès splendides en compétition automobile, la marque se remet sur un chemin vertueux et augmente sa production peu à peu, sortant de l’ombre de Ferrari pour se refaire une histoire.

Voir la fiche

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à naviguer sur ce dernier, nous considérons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

|