Pour une meilleure navigation
tenez votre tablette en
mode paysage

Pour une meilleure navigation tenez
votre smartphone en mode portrait

Le GDB à la Paris-Modena 2016

Garage des blogs
Article

Le Jaguar F-PACE S sur les routes du Monténégro

Article

Le GDB à la Paris-Modena 2016

Article

Best of Carthrottle gifs #1

Voilà deux mois que l’entraînement a commencé, il fallait bien que ça arrive : la Paris-Modena 2016 : c’est parti ! Si vous n’êtes pas un fervent cycliste vous ne risquez pas de connaître cette course.

1

16 000€

A l’initiative de Maserati, la Paris-Modena est une course de vélo reliant Paris à Modena en Italie. 450 km de course à vélo, le reste en Maserati. Clients de la marque, partenaires ou cyclistes motivés ; cette course rassemble 35 coureurs autour d’une cause : les enfants malades.
Contrairement aux apparences, il ne s’agit pas uniquement de sport-business, derrière chaque kilomètre parcouru, un euro de don est reversé au profit de l’association Rêves.  Cette organisation réalise les rêves d’enfants gravement malades. Grâce à la générosité de Pirelli, j’ai la chance de faire partie de ce peloton et de contribuer, moi aussi, à ce beau projet.

Pour cette édition, le tracé se découpe toujours en 5 étapes. Départ de l’Ambassade d’Italie en direction d’Orléans, puis décollage direction Le Castellet pour rejoindre Monaco puis l’Italie par Portofino, Bolgheri, Florence et enfin Modena.

2

1er jour - 78 km

Paris-Orléans
Le starter résonne dans la cour de l’Ambassade d’Italie : c’est parti. Les 35 vélos se mettent en route pour traverser Paris et rejoindre la Vallée de Chevreuse puis le Château de Clismont, notre point d’arrivée. Il nous faudra un peu plus de 78km pour effectuer ce périple puisque nous nous sommes payés le luxe de se perdre et de rallonger de 10km cette première journée. Douche, déjeuner, repos et direction l’Aéroport du Loiret près d’Orléans pour décoller dans un avion spécialement affrété pour nous afin de rejoindre notre deuxième étape : Le Castellet.

3

2e jour - 118 km

Le Castellet – Saint-Tropez
Coup d’envoi peu commun pour cette première étape très longue. Le périple qui nous attend pour rejoindre Saint-Tropez commence par un tour du Circuit Paul Ricard. Levé de soleil, température idéale et vrombissement des GT dans les stands, on entame notre tour du circuit.
Scoop : on va bien moins vite à vélo qu’en voiture sur le tracé du 5,8 km.
Cette expérience est toujours riche en apprentissage : un tel repérage du circuit permet de se rendre compte de beaucoup de choses à son propos. Le reste passe par la côte et des côtes. Premier record battu : 100+ km sur mon vélo ; une grande première. Déjeuner au Nikki Beach puis liaison jusqu’à Monaco où nos Maserati, arrivées en convoi, ne passent pas inaperçues.

4

3e jour - 83 km

Monaco – Bolgheri
La tension monte d’un cran. Les jambes commencent à être lourdes, tendues et fatiguées. Contrairement à d’habitude, la journée commence, ce coup-ci, par une liaison de 3h pour rejoindre la riviera italienne. Ce détail qui nous offre plus de repos dans les jambes, nous charge la tête d’appréhension : le tracé est plus court mais très exigeant avec des cols longs et abruptes. La douleur croît de kilomètre en kilomètre et l’entraide entre coureur devient indispensable pour finir ; les jambes brûlent et le cerveau vrille complètement. Pour couronner le tout, un orage nous a accompagné sur les 30 derniers kilomètres et nous mouille jusqu’aux os. À l’arrivée, la beauté des carrières de marbre de Carrera nous fait reprendre un peu nos esprits.

5

4e jour - 120 km

Bolgheri – Florence
Avant même le départ, cette étape est effrayante. La fatigue est bien là, les jambes sont endolories, la nuque est crispée, mais c’est aussi la dernière ligne droite : on sait que le dernier jour sera plus facile. Surmonter cette dernière étape ne se fait pas sans mal. Il faut économiser chacun de nos mouvements pour les rendre efficaces. Il faut gérer son apport énergétique et heureusement les camarades de galère offrent un soutien sans faille dans les moments difficiles qui nous ramènent à une certaine humilité.
Grosse émotion à la fin de cette étape : on sait que l’on va y arriver. On y croit, mais on ne crie pas victoire : à ce stade de l’épreuve, on ne plaisante pas avec le Karma !

6

5e jour - 65 km

Florence – Modena
Ça y est ! Ce jour auquel nous pensons depuis le coup d’envoi arrive enfin. Le corps comme l’esprit sont en mode automatiques : on ne réfléchit plus, on ne se concentre que sur un seul objectif : notre arrivée au circuit du Mugello. Pendant cette courte étape, nous avons tout de même le temps de penser aux proches qui nous ont soutenus, sans oublier les sacrifices nécessaires à la préparation de la course et aux heures passées sur le vélo pour arriver à boucler ces étapes. Dernière bagarre sur le Mugello avec l’ensemble du peloton qui lâche les chevaux sur le circuit en improvisant une course sur ce tracé si vallonné. Cerise sur le gâteau et passage obligatoire de la course : la parade pour entrer dans Modena avec escorte policière et sirènes hurlantes pour rejoindre le siège de Maserati.

7

Tout ça pour ça

Étonnamment, la pression met du temps à redescendre. Pas d’explosion de joie à l’arrivée. Une grande satisfaction bien sûr, mais nous nous sommes tellement conditionnés pour cette épreuve que le cerveau ne lâche rien et la pression ne diminue que très lentement. Aujourd’hui, elle est encore très présente.

« Tout ça pour ça». Je ne peux pas me sortir cette phrase de la tête. Je pense à ces enfants si injustement malades qui réaliseront leur rêve grâce à cette épreuve, en fin de compte, bien relative. Je leur souhaite tellement de bonheur dans la réalisation de leur rêve.

8

Pirelli s’engage

Si Pirelli présente cette année son nouveau PZERO, son engagement à la Paris-Modena ne relève que de sa générosité. Ralliée à la cause de ces enfants malades, Pirelli s’engage depuis le début dans la Paris-Modena.
Au delà du soutien matériel, c’est aussi un engagement moral de la part de Pirelli auprès des enfants : soulignons l’élégance de la démarche.

9

Remercions-les

Une telle course nécessite des moyens colossaux. Si bien sûr, Maserati finance une grande partie de la course, le soutien de partenaires est obligatoire. Ils sont nombreux cette année à avoir répondu présents. Pirelli France, mais aussi :

Look – qui nous a fourni des vélos de niveau professionnel,
Polar – qui a confectionné notre entrainement et bardé de techno nos vélos,
226ERS – fournisseur de produits sportifs énergétiques bio, qui nous ont prodigué produits et conseils incontournables pour une telle équipée.

Et pour nous déplacer,
Globe Air – compagnie aérienne d’avions d’affaires, qui nous a affrété un avion pour rejoindre Le Castellet.
Sixt – le loueur automobile, qui a complété le convoi avec ses Maserati. Il demeure le seul à louer les belles italiennes au grand public.

Et nous gâter :
Antinori – le célèbre producteur de vins italiens, ainsi que
Bio Hombre – collectionneur Maserati et fournisseur de Parmesan du Pape, nous ont ouvert leurs portes avec une gentillesse incroyable.

Bravo à tous les coureurs et au staff. Merci aux champions Davide Cassani, Manuella & Manfred Moelgg de s’être également prêtés au jeu. Pour finir, merci Guido Giovannelli pour cette 3e édition.

Constructeur automobile : Maserati

Maserati

Née en 1914 en Italie, à Bologne plus exactement, Maserati est un constructeur italien dont le symbole est le trident de la fontaine de Nepture, sur la place principale de la ville. C’est effectivement dans la grande ville du nord de l’Italie que les frères Maserati ont d’abord lancé leurs ateliers puis commencé à produire des véhicules. 100 ans plus tard, la marque est désormais installée à Modène et fait partie avec Alfa-Romeo du pôle premium / milieu-haut de gamme du groupe FCA. Après de longs mariages plus ou moins fructueux et une destinée somme toute chaotique mais semée de voitures légendaires et de succès splendides en compétition automobile, la marque se remet sur un chemin vertueux et augmente sa production peu à peu, sortant de l’ombre de Ferrari pour se refaire une histoire.

Voir la fiche

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à naviguer sur ce dernier, nous considérons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

|