Pour une meilleure navigation
tenez votre tablette en
mode paysage

Pour une meilleure navigation tenez
votre smartphone en mode portrait

La Laponie pour tester le 4Drive de Seat

Garage des blogs
Article

Nouvelle Audi S5 Coupé

Article

La Laponie pour tester le 4Drive de Seat

Article

Škoda Kodiaq, un ours bien léché

Seat revient très fort sur le marché automobile avec une offensive produit plutôt impressionnante : l'Ateca bien sûr, mais aussi le facelift de la Leon, la nouvelle Ibiza et l'arrivée de l'Arona. Plus d'autres surprises à venir parait-il. Seat profite de cette dynamique pour mettre en avant ses atouts et notamment sa technologie 4Drive. Direction la Laponie où par -14°, on chausse moufles et les transmissions intégrales.

1

Les 4 roues motrices chez Seat

L’association 4 roues motrice et Seat fait automatiquement penser au Seat Ateca mais le 4Drive a vu le jour bien avant. C’est la Seat Leon Cupra 204ch qui, dans les années 2000, ouvre le bal suivi de l’Altea FreeTrack, l’Alhambra et la Seat Leon Xperience. L’Ateca demeure cependant le meilleur porte drapeau puisqu’il dépasse les espérances du constructeur en terme de transmission avec 64% des ventes en faveur du 4WD. Sans oublier la Seat la plus puissante de l’histoire qui passe alors sous la barre des 5 secondes au 0 à 100 grâce aux 4Drive. D’où l’idée de Seat de consacrer un évènement entier au 4Drive.

2

La philosophie du 4Drive

La technologie 4Drive qui équipe actuellement les Seat est issue d’un produit du groupe VW : le système d’embrayages Haldex de 5e génération. Seat précise que ce système n’a pas pour ambition de transformer les modèles équipés en franchisseurs, mais bien d’optimiser la traction, les passages en courbes, le remorquage et l’agilité des modèles 4Drive dans des conditions de faible motricité.
En ce qui concerne l’Ateca, le système 4Drive ajoute alors deux nouveaux modes de conduite : Snow et Off-Road ainsi que l’option HDC.

Snow : Ce mode a pour but d’optimiser la gestion des rapports pour un comportement plus souple du moteur. Il va favoriser l’usage du couple moteur plutôt que la puissance pour un comportement plus sain sur neige ou glace. Il va également travailler sur le contrôle de la traction et l’ESC pour minimiser le sous-virage et ainsi améliorer le comportement en virage.

Off-Road : proche du mode Snow, le mode Off-Road va également optimiser sa gestion du blocage de roues et tenter de toujours transférer un maximum de couple aux roues.

HDC : ou Hill Descent Control qu’on ne vous présente plus, mais qui pour cette génération permet en plus de maintenir la vitesse sélectionnée en amont de la descente et fonctionne désormais aussi bien en marche avant qu’en marche arrière.

Seat cherche à affirmer sa position et son sérieux sur le marché des 4 roues motrices et force est d’admettre qu’ils font tous les efforts pour nous le prouver :

3

Le circuit de glace de Juha Kankkunen

Les lacs Finlandais n’ont qu’un seul intérêt : lorsqu’ils sont transformés en circuit de glace*. Et ça, l’ancien pilote quadruple champion du monde des Rallyes Juha Kankkunen l’a bien compris et à ouvert, dans la région des mille lacs, sa structure pour permettre à n’importe quelle voiture, pilotée par n’importe quel pilote de s’amuser en travers et en toute sécurité. C’est ce que l’on a fait avec les nouvelles Seat Leon Cupra ST 4Drive.

Seat-Leon-Cupra-ST

Commencent alors deux heures de pratique intensive d’appels-contre-appels sur la glace. La Seat Leon ST 4Drive équipée de la boite DSG et de pneus légèrement cloutés semble être à l’aise. Alors que le terrain est une vraie patinoire, le système ESC en mode sport laisse la voiture prendre tout l’angle qu’elle désire et ne bride que les gaz s’il y a trop d’angle au volant. Pour le reste, c’est le pilote le seul maître à bord. Pour les puristes, il est cependant possible de couper totalement les assistances pour profiter purement et simplement des 300ch de la voiture.

Le système 4Drive a une bonne analyse du terrain, même en conditions glissantes comme le fut notre essai sur piste. Il distribue toute la puissance de façon homogène à l’avant et à l’arrière. Typée alors 4WD, la Seat Leon Cupra est un vrai régal à piloter sur glace. Elle est facile à emmener et sans surprises.

4

Mention très bien pour la DSG

Vous n’êtes pas sans savoir que le pilotage sur glace est loin d’être instinctif pour l’Homme. Et encore moins pour la machine.

Il n’est pas rare de demander à une même action, deux réactions totalement opposées.

A l’action “pied dedans !“, on peut vouloir :

Option 1 : monter dans les tours, y rester et avoir toute la puissance pour s’écarter d’une trajectoire
Option 2 : utiliser au maximum le couple pour retrouver de l’adhérence et accélérer.

Alors pour cela, il suffit de rester engagé sur un même rapport ou de les monter**.

D’habitude, c’est le pilote qui décide en utilisant manuellement la boite de vitesse. Et bien désormais, la boite DSG et le système 4Drive intègrent ces notions en jetant constamment un œil à l’angle du volant ainsi qu’au mode ESC engagé. Ils vont alors être capables d’aller chercher un rupteur ou bien de passer automatiquement le rapport supérieur. Intéressant, n’est-ce pas ?

5

Plutôt concluant

Lors des essais sur asphalte de la Seat Leon Cupra, le système 4Drive ne m’avait pas nécessairement convaincu de son utilité. Certes, il permet à la version ST de gagner quelques dixièmes à l’accélération, mais guère plus. J’en reviens à ma conclusion précédente au sujet de la polyvalence du break familial et comprend qu’en conditions difficiles, un système plus intelligent que le pilote peut alors être salvateur.

Si on peut, en plus, faire des glissades avec, que demander de plus ?

6

NOTA BENE

Alors d’aucuns iront fustiger cette pauvre Seat Leon Cupra en disant qu’il s’agit d’une pâle copie de Golf R. Ils n’auront pas tort. Exception faite du prix et de la clientèle à qui elle s’adresse qui est n’est pas celle de la Golf.

Si l’achat d’une voiture était rationnel, ça se saurait…

*NDLR : Oui, on se détend : c’est une boutade. 
** NDLR : Oui petit génie du pilotage, il n’y a pas que ça…on sait.

Constructeur automobile : Seat

Seat

SEAT (Sociedad Española de Automóviles de Turismo) est un constructeur automobile espagnol, créé le 9 mai 19501 par la volonté du gouvernement espagnol avec l’aide de Fiat (qui détenait 7 % du capital de la nouvelle société) et de sept grandes banques du pays (42 %). Il fut d’abord géré par l’Instituto Nacional de Industria (propriétaire de 51 % du capital), et fut maintenu jusqu’en 1982 sous le contrôle de Fiat. C’est depuis 1986 une filiale du groupe allemand Volkswagen

Voir la fiche

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à naviguer sur ce dernier, nous considérons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

|