Pour une meilleure navigation
tenez votre tablette en
mode paysage

Pour une meilleure navigation tenez
votre smartphone en mode portrait

J’ai piloté une Formule Renault 2.0

Garage des blogs
Article

Ducati Monster 1200 Essai - Définition : Moto Passion

Article

J’ai piloté une Formule Renault 2.0

Article

Essai - la BMW M2 sur circuit !

Il y a quelques jours, CD Sport nous invitait sur le circuit de la Ferté Gaucher pour faire un stage de pilotage en Formule Renault 2.0. Une invitation qui ne se refuse pas, même s’il faut se lever très très tôt pour être sur le circuit très lointain très tôt. Ce dimanche accessoirement, Hamilton signait sa 52e pole au Canada et remportait son 45e Grand Prix. Coïncidence ? Oui.

Au menu de ce dimanche presque ensoleillé : une quinzaine de tours en Formule Renault 2.0 (ou 2000) sur le grand tracé Seine-et-Marnais.

A 8h on arrive dans le hangar où les techniciens CD Sport finissent la préparation de nos monoplaces : changement de pneus pluie en slicks, refuel et dernières vérifications du moteur. La pression, ou plutôt l’adrénaline monte. Je bois mon 23e café en mourant d’impatience de poser mes fesses dans le cockpit. 

Une demi heure et encore quelques cafés plus tard, nous sommes invités à rejoindre la salle de briefing où Laurent Cazenave, pilote pro et associé CD Sport, nous explique le déroulé de la journée. Une fois les bases de pilotage, de sécurité et de signalétique du circuit sont rappelées, arrive le grand moment. 9h30, le briefing de sécurité touche à sa fin, on enfile les combinaisons Sparco et on est enfin invités à prendre le premier départ…

1

5000 tr/min max

Les organisateurs nous ont demandé de ne pas dépasser les 5000 tr/min dans les premiers tours pour éviter de perdre 100% des stagiaires dans le premier virage. Et ils ont eu raison. Conduire une monoplace c’est réapprendre à conduire : son comportement dans les virages, le freinage et le ressenti à son volant n’ont strictement rien à voir avec une voiture « normale », aussi sportive soit-elle.

Donc, ces 5000 tr/min. On part pour nos premiers tours de circuit et comme à chaque fois que je fais de la monoplace (c’était ma 2e fois) je galère à démarrer. Les voitures sont équipées d’une boite à crabots robotisée avec palettes au volant, pour passer les rapports pas besoin d’embrayage mais pour démarrer la voiture si. Le pédales étant affreusement dures et rapprochées, je n’arrive qu’à faire du on/off avec mon pied gauche. 1,2,3,4..8 calages plus tard, j’arrive enfin à m’élancer depuis les stands mais je laisse une belle trace par terre. La douceur ? On verra ça plus tard, j’ai un tour de retard sur les autres !

A la sortie des stands, après un gauche 90 arrive la plus grande ligne droite du circuit. Je mets plein gaz, je passe la 4, la 5 – la vache ça va très vite en fait – puis la 6. J’arrive aux premiers plots : premier freinage et premier blocage de roues. Il n’y a strictement aucune assistance à la conduite sur les Formule Renault, il va falloir être plus doux sur le dégressif. 

Les tours s’enchainent, je freine de plus en plus tard et je passe de plus en plus vite dans les virages. La confiance s’installe et mon funomètre affiche 11 sur 10 alors que j’ai à peine exploité 20% des capacités de la voiture. 

2

On se croirait comme dans une F1

Deuxième session. Même si les organisateurs ne nous l’ont pas dit exactement comme ça, j’ai compris quelque chose comme « vous avez le droit d’aller aussi fort que vous êtes cons ». Ok c’est parti ! Je démarre ma monoplace du premier coup, je pars fort. Sortie sur la ligne droite, 3 à fond, bip du rupteur, 4 à fond + bip, 5 bip, 6… Je freine quasiment à l’entrée du virage en épingle alors que je frôle les 200 km/h de pointe… Banzaï ! Gros freinage dégressif puis rétrogradage éclair, en seulement quelques secondes (ou millisecondes, je n’en sais rien) j’entre dans le virage à la bonne vitesse et je suis prêt à enchainer. 

Bordel, quelle violence !

Les Formule Renault sont équipées du moteur 2.0 L atmosphérique de 210 chevaux emprunté à la Clio 3 R.S., la puissance maximale se cache juste avant le rupteur à 7150 tr/min tandis que le couple max est atteint juste après les 5000 tours. A la première session, là où justement nous étions bridés à 5000 tr/min max,  ma monoplace était un gros karting mais maintenant c’est une Formule 1, une véritable voiture de course qui fait flipper.

Entre 5 et 7500 tours le cockpit dans lequel on est inconfortablement installé se met à vibrer de plus en plus fort, c’est à la fois excitant et flippant. Le ressenti mécanique est absolument incroyable, toutes les sensations au volant sont multipliées par 10000 environ !  Même si cela parait poético-bullshit ce que je vais dire, mais j’ai l’impression de ne faire qu’un avec la voiture. J’essaie sans cesse de repousser les limites de moi-même en tentant les freinages ou les passages suicides, mais elle me permet tout. Absolument tout. Et pour autant, j’exploite à peine 30% des capacités à ce moment précis, soit 10% de plus qu’il y a une heure.

Toutes les infos sur la Formule Renault 2.0

Il est extrêmement difficile d’exprimer à l’écrit ce que l’on ressent au volant d’une Formule Renault 2.0 mais vous l’aurez je pense compris, j’ai vécu l’un des meilleurs track days de toute ma vie si ce n’est LE meilleur. Le rapport poids / puissance / sensations est imbattable sur les FR, j’ose à peine imaginer un piloter une monoplace au dessus.

Un grand merci à CD Sport qui nous ont gentiment invités avec Guillaume, merci pour leur accueil leurs conseils et pour cette dose d’adrénaline inoubliable.

More will follow ___G

Constructeur automobile : Renault

Renault

L’aventure Renault commence en 1898 lorsque Louis Renault et ses frères fondent leur société, dès 1905 leurs usines adoptent la production en série de véhicules motorisés. Il y a également Renault Sport, la branche sportive de la marque automobile française Renault. Elle a été fondée en 1976 à la suite de la fusion des activités sportives d’Alpine et de Gordini1, ces deux branches appartenant à Renault.Depuis sa création, Renault Sport a mené les différents programmes sportifs de Renault en endurance, en Formule 1, en rallye et en tourisme. Un département « Voitures de série » a également été lancé en 1995 pour développer les modèles sportifs de la marque.

Voir la fiche

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à naviguer sur ce dernier, nous considérons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

|