Pour une meilleure navigation
tenez votre tablette en
mode paysage

Pour une meilleure navigation tenez
votre smartphone en mode portrait

Inside Le Mans Classic 2016 – Ep. 02

Garage des blogs
Article

2200 ch pour l'Audi R8 d'Underground Racing !

Article

Inside Le Mans Classic 2016 – Ep. 02

Article

2000€ de carburant à gagner avec Mobil1 !

Le Mans Classic approche et on a voulu en savoir plus au sujet des personnes qui font le Mans Classic. Pour cela nous sommes allés à la rencontre de Philippe Vandromme, propriétaire d'une Ford GT40 de 1967 et du Team Motorsport MFC. Dirigeant de l'entreprise familiale presque centenaire : Maisons France Confort, il nous a accordé un peu de son temps pour nous en dire plus au sujet de sa passion pour le sport automobile.

1

De la passion à la compétition

GDB.tv : Comment est née cette passion automobile ? Quels sont vos premiers souvenirs automobiles ?
Philippe Vandromme : Je ne sais pas exactement de quand date ma passion automobile, mais je me souviens bien de mes 13/14 ans à Alençon, on habitait dans l’usine, dans le temps c’était souvent comme ça. Nous faisions de l’exploitation forestière et mon père avait lancé la construction de maisons en bois. C’est là que j’ai commencé à conduire. Des 4L et des 2CV… D’ailleurs j’en ai cassé quelques unes dans les allées de l’usine.

© Antoine Delaby - GDB.tv

GDB : Comment passe t-on de la passion à la compétition ?
Ph. V. : On est tous un peu compétiteurs dans la famille et moi, j’aimais aussi les grands espaces. J’ai donc fait assez naturellement beaucoup de moto plus jeune et j’ai découvert ensuite, le Rallye Raid. J’en ai fait pendant 15 ans. Nous avons ensuite un peu levé le pied car les pays sont devenus plus dangereux… On faisait L’Egypte, la Tunisie, le Maroc. Aujourd’hui on fait encore le Maroc, mais en historique avec la Porsche, alors qu’avant, on les faisait avec des 4×4 et des buggies A l’époque c’était encore très ouvert, maintenant c’est plus compliqué. En 2014 on a fait notre dernier Dakar avec une très honorable 30eme place en buggy, on était ravis. Les « usines » sont revenus comme Peugeot et les budgets sont devenus assez conséquents. Et bien sûr physiquement c’est aussi très compliqué… Couché à minuit, levé à 4h, des étapes et des liaisons de 350km… Il m’a fallu presque un mois pour m’en remettre ! Le Rallye Raid était vraiment une très grande passion et avec certaines épreuves en Classic comme le Maroc ou l’East African Safari au Kenya nous avons pu continuer à rouler sur piste, mais désormais en anciennes.

© Antoine Delaby - GDB.tv

GDB : A quelles compétitions avez-vous pris part cette saison ?
Ph. V. : Cette année, on a fait le Cap Corse en février, tout le week-end sous pluie, c’était vraiment super… (rires) puis le Rallye du Maroc Classic en mars et le Tour Auto au mois de mai. Et le week-end prochain c’est Le Mans Classic. Nous ferons également la Sardaigne avec mon fils Antoine, c’est un nouveau rallye sur terre… Et si on a le budget, nous ferons le Tour de Corse historique en octobre.

© Antoine Delaby - GDB.tv

GDB ; Et au niveau des voitures, de quoi se compose votre écurie actuellement ?
Ph. V. : Nous avons une Lancia Stratos entretenue chez Daunat Classique avec laquelle Tony Fassina a gagné le Rallye de San Remo , une course du Championnat du Monde en 1979. Elle a un petit palmarès alors on essaie d’y faire attention. Nous avons donc aussi la Ford GT40 de 1967, que nous engageons au Mans Classic cette année. D’ailleurs elle sera facile à suivre, il n’y a que deux GT40 au Mans ce week-end. La première auto que j’ai achetée est une Porsche 910 de 1966. On ne roule plus avec mais on la conserve, c’est une vraie pièce de musée. Enfin, pour les rallyes sur terre, nous avons une Porsche 911 de 1975, préparée et rehaussée. C’est robuste et un petit plus simple à entretenir, notamment au niveau du prix des pièces.

2

Une Ford GT40 au Mans

GDB : Vous engagez donc la GT40 au Mans, d’où vous vient la passion pour ce modèle ?
Ph. V. : C’est un « truc de gamin » ! Ca remonte à Steve McQueen dans Le Mans… C’est une voiture de rêve que j’ai eu la chance de pouvoir acheter il y a quelques années, ça serait bien plus compliqué – et beaucoup plus cher – aujourd’hui. C’est Yvan Mahé d’Équipe Europe qui me l’a trouvée il y a 6 ans maintenant. C’est donc sa 3ème participation au Mans Classic cette année.

ford-gt40-exterieur-07

GDB : Le Mans Classic, est-ce que cette épreuve est particulière pour vous ?
Ph. V. : C’est avant tout le plaisir de rouler sur le circuit du Mans. C’est mythique et Le Mans Classic est l’une des seules opportunités que l’on a de rouler sur ce tracé. Et avec le film Le Mans, la GT40, en roulant sur ce circuit, quelque part on rentre aussi, un peu, dans l’histoire.

ford-gt40-interieur-02

GDB : Pouvez-vous nous parler un petit peu de votre équipage et de la course en elle-même ?
Ph. V. : Vous connaissez mon équipier, Paul Belmondo. C’est la 3ème fois que l’on roule ensemble. C’est avant tout un ami, un passionné d’automobile avec un palmarès… il a roulé en Formule 1 c’est quand même quelque chose ! Paul est un pilote de circuit. Moi je suis plutôt un pilote de rallye. Au Mans, je vais rouler un tiers du temps, lui le reste ! (rires). Surtout la nuit, quand vous avez les 60 voitures du plateau qui roulent, ça fait du monde… Avec les protos comme les Lola ou les Chevron, quand la nuit dans les Hunaudières vous voyez les phares arriver dans le rétro, au moins 50km/h plus vite que vous… C’est impressionnant ! C’est pour cela que je préfère laisser ça au professionnel ! Nous n’avons pas d’objectif, mis à part que l’on essaie de pas mettre la voiture en vrac, car c’est un petit bijou. C’est même certainement la dernière année que l’on roule avec au Mans, on la réservera ensuite au Tour Auto. Pour Le Mans, nous trouverons quelque chose d’un peu plus moderne, plus sûr et performant. 

3

Et sinon…

GDB : Quand on aime l’automobile comme vous, avec quoi roule t’on au quotidien ?
Ph. V. : Pour tous les jours, je conduis une BMW 640d de location.

GDB : Et y a t-il une voiture moderne qui vous fait rêver ?
Ph. V. : Peut-être la Bugatti Chiron ! Bien sûr c’est inabordable, mais c’est une voiture qui a un look extraordinaire, mais aussi une histoire extraordinaire.

GDB : Et dans les anciennes ?
Ph. V. : Je dirai la Pescarolo, même si là aussi, c’est inabordable. Ou la Lola ou la Chevron. Elles ont pris beaucoup de valeur, alors pour le moment, on ne fait que les regarder ! 

GDB : Quelle pourrait-être votre prochaine acquisition ?
Ph. V. : Surement un proto. Il faudra d’abord vendre l’une de nos voitures puis trouver un proto qui soit encore abordable, peut-être du côté de l’Angleterre. Cela nous permettrait de changer de catégorie pour accéder au plateau 6. Au niveau de la conduite, pour avoir essayé à Dijon un proto des années 90, ça n’a rien à voir à avec la GT40 ! C’est un véritable kart, ça freine fort, ça tient la route… La GT40 a 50 ans !

Propos recueillis par Antoine Delaby & Guillaume Fercken
Photos : Antoine Delaby

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à naviguer sur ce dernier, nous considérons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

|