Pour une meilleure navigation
tenez votre tablette en
mode paysage

Pour une meilleure navigation tenez
votre smartphone en mode portrait

Dirt 4 : notre avis et gameplay du meilleur des Dirt !

Garage des blogs
Article

Audi S8 Plus : impossible n'est pas allemand !

Article

Dirt 4 : notre avis et gameplay du meilleur des Dirt !

Article

Mercedes-AMG GT-R, une prise en main sportive

Le plus dirt des Dirt est enfin là !
Après avoir passé une vingtaine d'heures en mode carrière et online, c'est le moment du verdict.

Je dois vous avouer que depuis le jour de sa sortie (le 9 juin dernier) je ne fais plus grand chose dans ma vie à part jouer à Dirt 4. Armé de mon T300 RS monté sur un Wheel Stand Pro, je prends un malin plaisir de rentabiliser le matos qui était rangé au placard depuis des mois.

Allons droit au but : ce Dirt 4 est absolument génial ! Si vous avez aimé Dirt Rally et Dirt 3, vous allez adorer le Dirt 4 qui regroupe plus ou moins tout le meilleur de tous les opus précédents. Enfin, sans les licences WRC et Ken Block cette fois-ci et sans les épreuves Hill Climb.

1

Carrière

Avant de commencer à courir dans les championnats en mode carrière, vous devez passer une votre permis de pilote dans votre nouveau QG à Dirtfish, une espèce de playground façon gymkhana (Dirt Academy). Une fois que vous avez acqui les bases de pilotage (freinage en ligne droite, transfert de masses et autre) en traction, propulsion et transmission intégrale, vous pouvez commencer votre première course.

Sans la licence WRC, vous devrez vous contenter des spéciales générées aléatoirement dans l’un des 5 pays : USA, Espagne, Pays de Galles, Australie et Suède. Un peu frustrant de ne pas retrouver de vrais tracés que l’on connait par coeur à force d’y jouer (surtout le Monte Carlo) mais ce n’est pas très grave, les fausses spéciales ne manquent pas de technicité.

Pas de changements du côté du rallycross en revanche, de RX Super 1600 à RX Supercars en passant par le RX Group B ou encore le Crosskart, on retrouve tout l’univers officiel de FIA WRX auquel on avait déjà droit dans le Dirt Rally. Comptez une grosse soirée de jeu pour finir les cinq championnats présents en carrière.

La nouveauté, et une grosse déception aussi de ce Dirt 4 est une nouvelle discipline qui fait son apparition pour remplacer le Hill Climb : le Land Rush. Le Super Truck est certes super cool à regarder à la télé mais c’est absolument injouable, même au volant. Des pickups de 700 ch qui roulent sur des circuits très bosselés ça parait être fun mais en fait non, c’est nul. Rendez nous Pikes Peak et la 405 T16 et reprenez vos trucs inconduisibles !

Peu importe le championnat que vous faites, vous aurez besoin de votre équipe pour préparer votre voiture pour chaque départ. Pour ça la gestion de l’écurie est plutôt bien faite : on engage des ingénieurs selon leurs compétences, on met à jour son garage, on fait de la R&D pour avoir les meilleurs pièces pour les voitures, etc. On peut également choisir les sponsors à afficher sur la voiture qui vous rémunèrent à chaque course selon l’emplacement de leur sticker. Si vous aimez la stratégie, vous allez adorer passer du temps en gestion de votre équipe !

Mis à part cette gestion de l’écurie, le mode carrière reste assez classique et coche toutes les cases d’un bon jeu de bagnole : plus on gagne de courses, plus on en débloque et plus c’est difficile. Apparemment il faut compter dans les 130 – 150h heures de jeu pour finir la carrière en entier, ça dépend forcément de votre niveau et de la difficulté choisie. Personnellement je trouve que le mode “difficile” est plutôt assez facile, j’ai fini tous les championnats de rallycross à la 1ère place et presque tour d’avance à chaque manche… Publicité mensongère.

2

Gameplay

 

La conduite, déjà proche de la perfection, a été vachement améliorée par rapport au Dirt précédent. Les transferts de masse, les sur-virages et les sous-virages sont encore plus réalistes, la prise en main est très naturelle lorsqu’on joue avec un volant.  Hashtag simulation. Un gros travail a été fait aussi sur les décors de course qui était tous en béton avant. Désormais si on frôle un mur de pneus, votre voiture ne partira pplus en tonneaux et vous garderez votre carrosserie presque intacte. C’était un gros point négatif dans Dirt Rally et c’est enfin corrigé dans Dirt 4, les obstacles ont enfin une rigidité cohérente.

Ceci étant dit, je vous invite plutôt à regarder ces quelques vidéos de gamelplay que j’ai faites pour vous, elle raconteront mieux la puissance de Dirt 4 que moi.

Sans grande surprise ce Dirt 4 est parfait sur tout les plans. Evidemment on aurait voulu encore plus de disciplines et de championnats officiels mais c’est déjà extrêmement bien comme ça.

Si vous êtes un dirt-pilot sur PS4, n’hésitez pas à m’ajouter dans vos amis pour que l’on aille faire quelques tours de Lohéac ensemble, mon hande PS est Vtyok.

3

Les +

  • Le réalisme : les graphismes de dingue et le détail apporté au décors de courses (drones, voitures en panne sur le bas côté, etc.)
  • La bande son : aussi bien les autos que la musique choisie.
  • Y a toujours du rallycross.
  • La gestion de l’écurie en mode carrière : un peu de stratégie c’est cool !

4

Les -

  • Il n’y a plus de Hill Climb.
  • Le mode “Gymkhana” sans la licence Ken Block n’a pas la même saveur. C’est comme boire un cola générique alors que t’as commandé un Coca.
  • Pas de licence WRC.
  • Les fausses spéciales générées aléatoirement.
  • Les gens dans les parties online ne sont pas gentils avec moi 🙁

Constructeur automobile : Ford

Ford

Constructeur américain emblématique né dans la région de Detroit, à Dearborn, Ford produit depuis 1903 des voitures accessibles destinées au plus grand nombre. La marque a toujours cherché à développer des déclinaisons sportives de ses modèles au travers des gammes ST et RS, mais aussi des véhicules résolument sportifs comme la Mustang.

Voir la fiche

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à naviguer sur ce dernier, nous considérons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

|