Pour une meilleure navigation
tenez votre tablette en
mode paysage

Pour une meilleure navigation tenez
votre smartphone en mode portrait

On a essayé une BMW à deux roues

Garage des blogs
Article

3 conseils de pro pour débuter sur glace

Article

On a essayé une BMW à deux roues

Article

Continental Ice Driving Experience

Au bout de 4 ans d'existence, il fallait bien que ça finisse par arriver : un essai moto. À vrai dire, ça fait longtemps que ça nous faisait envie. Au GDB, ce que l'on aime particulièrement avec les voitures, c'est les aventures qui y sont liées. Ça fonctionne tout aussi bien pour la moto alors aujourd'hui, on se lance avec la BMW S 1000 XR.

1

Une fausse identité

La BMW S 1000 XR cache bien son jeu. Sous ses airs de trail un peu urbain se cache en réalité une athlète de haut vol.
La BMW S 1000 XR est à la croisée des chemins. Bien qu’officiellement intégrée dans la gamme “Aventure” de chez BMW Motorrad, la BMW S 1000 XR est mû par le moteur plutôt sportif de la BMW S 1000 R, ce qui en fait une moto mi-calme, mi-pas-calme-du-tout.

2

Un 4-cylindres donc ?

BMW a notamment fait  sa renommée avec ses mythiques flat-twin. La BMW S 1000 XR s’équipe – elle – d’un 4-cylindres. La moto gagne en souplesse, mais il faudra tout de même dépasser les 4000 tr/min pour qu’elle s’exprime pleinement. Avec l’abandon de la loi des 100 ch, la BMW S 1000 XR peut jouir à souhait de ses 160 ch et ainsi révéler tout son potentiel.

BMW-S1000XR

CLIQUEZ ICI POUR ACCÉDER À SA FICHE TECHNIQUE

3

En ville ?

Il faut admettre que – à l’image des SUV – être en hauteur en ville est très agréable. Et pour cela, la BMW S 1000 XR offre une position de conduite très adaptée à l’évolution en milieu hostile urbain. Le haut du corps est droit et la position haute permet d’avoir une visibilité très appréciable sur notre environnement. Si le guidon est un peu large pour se faufiler, on gagne en précision et en stabilité : atout non négligeable.
Par ailleurs, si le bloc aime les hauts-régimes, il n’empêche que la BMW S 1000 XR peut adopter un comportement relativement coulé et il est possible d’évoluer à bas régime sur un filet de gaz et ainsi essayer d’optimiser un peu la consommation qui reste tout de même élevée pour une moto : environ 8,6L/100 en ville.

4

À plus vive allure ?

On y arrive très vite. La BMW S 1000 XR n’est autre qu’une sportive déguisée en trail. Les 160 ch propulsent la monture et son pilote, à des vitesses vertigineuses en un clin d’œil. La boite à 6 rapports est bien étagée et permet d’utiliser les 1000cc à la carte : sur le couple, tout en puissance ou de façon plus frugale.
À plus vive allure, la BMW S 1000 XR est agréable à vivre. Sa bulle réglable manuellement en hauteur permet de faire sauter le vent bien au dessus du casque et d’être confortablement installé. Les protèges-mains (en option) sont aussi un atout bien utile, là où les poignées chauffantes elles, sont un luxe dont nous avons du mal à nous défaire une fois l’habitude prise.

5

Par ailleurs…

La BMW S 1000 XR est plus imposante visuellement qu’à vivre. Si ses 230 kg tous pleins faits peuvent paraître impressionnants, il n’en demeure pas moins qu’au guidon ils sont très discrets. La direction est fluide, les transferts de charges sont légers.
Côté technologies, la BMW S 1000 XR en est bardée. Il y a bien sûr l’ABS qui équipe tous les modèles de la marque, mais il est aussi possible de modifier le mode de conduite et ainsi optimiser le contrôle de la traction, la réponse des gaz, le comportement des suspensions ou l’ABS. On regrette seulement de ne pas pouvoir façonner son propre mode de conduite avec un réglage personnalisé des organes pilotable.

En fin de compte, la BMW S 1000 XR est très attachante. Sa polyvalence n’est pas du tout synonyme de compromis, mais de bipolarité. Elle sait se comporter en vraie limousine comme en véritable athlète.
Sa position haute, son large guidon, tout comme son régulateur de vitesse et ses poignées chauffantes sont les garants du confort que l’on ressent, au même titre que son shifter (en option) sa rev-light, ses suspensions réglables et ses aides déconnectables, les stigmates d’une sportivité affirmée.
Même son prix prouve qu’il s’agit bien de deux motos en une.

Constructeur automobile : BMW

BMW

Constructeur bavarois né en 1916, BMW produit depuis ce jour des véhicules en cultivant une certaine image de la sportivité, que ce soit au travers de ses modèles de série mais aussi en développant de nombreux programmes compétition.

Voir la fiche

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à naviguer sur ce dernier, nous considérons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

|