Pour une meilleure navigation
tenez votre tablette en
mode paysage

Pour une meilleure navigation tenez
votre smartphone en mode portrait

La BMW K 1600 s’habille en Bagger

Garage des blogs
Article

Les 24h Camions, c'est à faire au moins une fois !

Article

La BMW K 1600 s’habille en Bagger

Article

Essai Audi RS3 Berline

La moto n'est plus un simple moyen de transport. C'est devenu un véritable accessoire de mode. À l'image de la mouvance néo-rétro qui fait rage en ville. La style bagger n'est pas en reste, et cela, BMW l'a bien compris. A mi-chemin entre leurs gammes Touring et Héritage, BMW présente sa K 1600 B, version bagger issue du Concept 101, présenté en 2015 à la Villa d'Este.

1

Ses origines : de la GT au bagger

A première vue, impossible pour la K 1600 B de nier sa filiation avec la grande routière du constructeur : la BMW K 1600 GT. Proportions, signature visuelle, design de la tête fourche : tout laisse penser qu’il s’agit d’une GT. Exception faite peut-être de quelques détails qui ne trompent personne. Si de face la ressemblance est trompeuse, de profil : impossible de confondre la GT avec nouvelle K 1600 B. Cette dernière adopte une ligne franchement différente et 100% bagger.

Cela passe par quelques détails qui modifient profondément la ligne. La métamorphose commence par une bulle coupée qui abaisse le nez de la K 1600 B, s’en suit l’installation d’un selle creusée (± 5cm en option), et surtout une paire de valises fixes au style plongeant accueillant les feux arrières. Enfin, deux énormes sorties d’échappements chromées situées sous les valises, finissent de rabaisser la ligne de la K 1600 B.

Cette version bagger ne manque pas de caractère ou plutôt offre à la gamme K 1600 un modèle plein de charme.

2

Bagger du XXIe siècle

Forcément, puisque ce bagger est bavarois, impensable de l’imaginer autrement que truffé de technologies. BMW Motorrad l’a doté d’une farandole de techno asservies au confort, mais aussi à la sportivité.

On retrouve tout d’abord une bulle réglable électroniquement avec mémoire de position, une selle chauffante avant/arrière, des poignées chauffantes et des feux diurnes à LED.

Arrivent ensuite les technologies un peu plus novatrices à l’image du système keyless qui permet de démarrer/éteindre la moto, de verrouiller/déverrouiller le neiman et les valises. L’aide au démarrage en côte qui garde les freins serrés le temps de lancer la moto et bien sûr la marche arrière qui permet de repousser plus facilement les 336 kg de la moto (j’ai joué comme un enfant avec…).

Et enfin, les technologies plus pointues liées au pilotage, comme le réglage électronique des suspensions avec l’ESA Dynamic, l’ABS Pro désormais capable de prendre en compte l’angle de la moto et le Mode Cruise qui vient compléter la panoplie de cartographies moteur disponibles sur la moto.

Cet arsenal de technologies met ce bagger aux goûts du jour, mais assaisonne également l’addition portant le prix de la K 1600 B à plus de 23,250€, tout de même.

3

Et dieu inventa le shifter pro…

Pour les non-motards curieux, le shifter pro est un système permettant de passer les rapports sans relâcher l’accélérateur ni toucher l’embrayage.

Non seulement on y prend goût très rapidement, mais cette option d’ordinaire réservée aux ultra-sportives, apporte beaucoup de confort à la K 1600 B.

Il vient également nous confirmer que l’ère des motos à boites automatiques n’est plus très loin.

4

Oh oui, un 6-cylindres !

Comme son nom l’indique, la K 1600 B s’équipe d’un bloc « Série K » qui depuis 2011 accueille un 6-cylindres de 1650cc. Non sans une certaine noblesse, ce bloc a surtout du coffre. Il développe pas moins de 160 ch pour 175 Nm de couple ce qui propulse le bagger à 210 km/h (limité électroniquement à cause de la prise au vent des valises) sans sourciller. Mais surtout, quel sonorité !

5

Et au guidon ?

Quand on l’aperçoit pour la première fois, elle fait peur. Son gabarit, comme son poids, ont de quoi effrayer le premier quidam venu. Et pourtant, une fois à son guidon, on oublie complètement son poids. La moto est équilibrée, son fonctionnement est coupleux et souple : sa prise en main se fait très rapidement.

On ne peut malheureusement pas en dire autant du système de réglages de la moto qui est franchement alambiqué. La musique, par exemple, est réglable via la molette située sur le guidon gauche, mais on doit sélectionner la source par des boutons situés aux niveaux des genoux. Enfin, si les deux valises sont de bonnes dimensions pour accueillir une belle quantité d’affaires, on regrette l’absence de vide poche : la moto n’a aucun espace de rangement accessible depuis le poste de pilotage. C’est dommage, ça aurait pu être pratique.

Pour le reste, c’est une moto séduisante. La vie à son bord est agréable, même sous des conditions météo déplorables, on en redemanderait presque.

Constructeur automobile : BMW

BMW

Constructeur bavarois né en 1916, BMW produit depuis ce jour des véhicules en cultivant une certaine image de la sportivité, que ce soit au travers de ses modèles de série mais aussi en développant de nombreux programmes compétition.

Voir la fiche

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à naviguer sur ce dernier, nous considérons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

|