Pour une meilleure navigation
tenez votre tablette en
mode paysage

Pour une meilleure navigation tenez
votre smartphone en mode portrait

Audi R8 Spyder, la sportive topless

Garage des blogs
Article

Comment fabrique-t-on une Seat Leon TCR ?

Article

Audi R8 Spyder, la sportive topless

Article

Avec les ouvreurs du Tour Auto 2017

Une supercar c'est beau. Mais une supercar décapotable c'est encore plus sexy.

1

Direction l'Angleterre

Avant toute chose, il est important de planter le décor de cet essai. Pour une fois, ce testdrive ne s’est pas déroulé dans le sud, en Italie ou en Espagne, mais chez nos amis anglo-saxons aux alentours de Manchester.

Pour les puristes, il s’agit de ce que les aficionados appellent plus communément “the Evo Triangle” puisqu’il s’agit des routes utilisées par le fameux magazine anglais pour réaliser ses essais.

Direction le Royaume-Uni où au terme de cette magnifique balade nous attends le superbe Circuit d’Anglesey.

2

Un style toujours très sportif

Il n’est pas rare que la déclinaison cabriolet d’un modèle aux lignes tranchées, dégrade un peu le style initial voulu pour le designer. Ce n’est pas le cas de l’Audi R8 Spyder, qui propose un dessin plutôt réussi. Le modèle garde toute son agressivité initiale et se dote même de quelques appendices supplémentaires du plus bel effet. Le capot arrière n’est malheureusement plus translucide, impossible donc d’apercevoir le magnifique bloc V10, cependant, prennent place à l’arrière, deux longues ouïes d’aération qui viennent apporter du relief au dessin de la sportive.

Contrairement au millésime précédent, cette version spyder conserve les mêmes side-blades que la version coupé, la ligne est donc une fois de plus moins dénaturée.
Enfin, pour conserver une bonne circulation de l’air dans le bassin moteur, une grille d’aération vient se loger entre les optiques arrières, pour permettre au mélodieux V10 atmosphérique de respirer convenablement.

3

Pleins les oreilles

L’intérieur quant à lui reste le même. L’Audi R8 Spyder bénéficie du même style que sa grande sœur la Coupé à l’exception des sièges qui intègrent dans les appuis-têtes des hauts-parleurs Bang & Olufsen afin de bénéficier de sa musique à ciel ouvert.

Spécificité également de la version Spyder, la lunette arrière peut – de façon indépendante des autres fenêtres – s’abaisser afin de pouvoir profiter pleinement du son du moteur 5.2 FSI, et d’un peu d’air.

Autrement, pas de surprise, l’intérieur est au niveau des standards de la marque avec une finition toujours très bonne.

4

Mais sur circuit ?

C’est un pari audacieux que fait Audi en nous faisant tester l’Audi R8 Spyder sur circuit. Il n’est pas rare que les cabriolets, subissent une perte de rigidité et prennent du poids à cause du toit escamotable. L’Audi R8 Spyder, ne souffre que d’un seul de ces défaut : le poids. En effet, la sportive allemande bénéficie de la même plateforme que sa sœur la coupé et donc l’architecture du châssis et sa rigidité n’est que très peu modifiée. Niveau poids en revanche, elle prend un sacré coup puisque ce ne sont pas moins de 80 kg supplémentaires que le système de la capote fait prendre à la voiture.

A allure sportive, le poids se fait rapidement oublier. Le moteur V10 atmosphérique de 540 ch propulse la voiture de 0 à 100 en 3,6 secondes. Son châssis demeure très précis et le système quattro annihile toute velléité de travers. Le système Haldex de 5e génération va en effet être en mesure d’envoyer toute la puissance aux roues avants favorisant ainsi le sous-virage au sur-virage. Le constructeur prend le parti de favoriser la sécurité à la prise d’angle. Attention néanmoins, avec des gommes trop chaudes, le sur-virage sera inévitable.

Le freinage est quant à lui performant. Il faut tout de même veiller à bien déconnecter le système ESP (ou à minima le passer en mode Performance) pour s’assurer d’un freinage constant. Pour parfaire la chose, on aurait aimé qu’en mode Performance, une attaque de pédale plus ferme au freinage soit proposée, rendant le pilotage encore plus confortable.

5

Spyder, encore plus de polyvalence

L’Audi R8 V10 Plus nous avait déjà séduite par sa polyvalence, mais la version Spyder la hisse au niveau “couteau suisse” des supercars.

Son V10 atmosphérique espèce en voie de disparition la rend noble, la technologie Cylinder-On-Demand la rend sage en ville, la rigueur de son châssis la rend crédible sur circuit et son toit décapotable lui donne accès au touring de haut vol.

Il est rare qu’une supercar puisse se targuer d’autant d’atouts.

Constructeur automobile : Audi

Audi

Audi est l’une de ces marques légendaires qui a su faire rêver des générations entières. A la fois excellente dans la production de véhicules et berlines de séries, la marque a également toujours été une référence dans le milieu des sports automobiles. Rallyes, Endurances, voitures de tourismes, DTM, … de très grands pilotes sont passés derrière le volant d’une Audi, on se souvient tous de Michèle Mouton, et plus récemment Tom Kristensen, Allan McNish, … pour ne citer qu’eux. Fondée en 1899, le constructeur a eu fort à faire sur le segment des voitures de prestiges face à une concurrence directe de Mercedes et BMW redoutable. Les résultats sont là, puisqu’aujourd’hui la marque est en grande forme, bénéficiant d’une excellente image de marque grace à son renouveau stylistique et des actions marketing sans failles. Forcement chez Garage des Blogs, nous avons une légère préférence pour les modèles S et RS..

Voir la fiche

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à naviguer sur ce dernier, nous considérons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

|