Pour une meilleure navigation
tenez votre tablette en
mode paysage

Pour une meilleure navigation tenez
votre smartphone en mode portrait

Audi Q5 2017 : Roadtrip au volant d’un SUV de feu

Garage des blogs
Article

Audi Q7 en version Avus

Article

Audi Q5 2017 : Roadtrip au volant d’un SUV de feu

Article

Le premium chez Seat : la finition Xcellence

Depuis son lancement en 2008, Audi perfectionne par petites touches un design auquel nous commençons à être habitués, mais qui reste aussi élégant et premium que sportif et dynamique. Une calandre plus basse et plus large, une ligne de caisse plus acérée, des clignotants dynamiques du plus bel effet, cet Audi Q5 est je trouve une très belle réussite. À l’intérieur c’est pareil, l’environnement respire le premium et gagne en modernité grâce à l’ajout de ce Virtual cockpit que je rêvais d’essayer.

1

Direction la Maroquie !

Dans le désert d’Agafay plus précisément, en bordure de l’Atlas pour mettre à l’épreuve le nouvel Audi Q5 2017.

Passé la phase pénible des contrôles à la douane, nous mettons la main sur la version TDI de 190ch pour effectuer la première portion : sortir de Marrakech pour rejoindre le bivouac et se lancer à l’assaut des pistes rocailleuses.

Bonne première surprise, l’ouverture électrique du coffre se fait rapidement – la latence de certains tend à m’énerver, mais pas là – premier bon point. Le coffre est très logeable, il faut dire que j’ai laissé lit parapluie et poussette à la maison pour jauger, mais le tout passerait impeccablement, sans compter la modularité de la banquette arrière.

2

Paris/Marrakech, même combat.

Guillaume au volant, je me charge du roadbook, nous nous extrayons en cortège de la circulation dense et anarchique, sans pour autant galérer quand on vit en région parisienne. Il est facile de bien s’installer et trouver une position de conduite agréable. Malgré des dimensions plus importantes (par rapport au précédent modèle :  +34mm de long, + 51mm de large), le gabarit du Q5 est plus facile à prendre en main qu’il n’y paraît, les aides à la conduite (traffic jam assist, radar de proximité, avertisseur d’angle mort…) sont là pour nous faciliter la tâche, et le “gros” diesel (disponible en 150, 163 et 190ch pour le moment) a suffisamment de répondant pour ne pas se laisser déborder et effectuer quelques dépassements musclés, bien aidé par une boite S Tronic à 7 rapports dont la rapidité n’est plus à démontrer.

Nous arriverons finalement très vite au point de bivouac pour déjeuner, l’occasion de shooter avec le décor grandiose qui s’offre à nous. Et pour certains de s’autoriser un essai plus extrême encore : l’Audi Camel5, 4 pattes motrices, moteur bi-bosses turbos et calandre molle et baveuse. Mon modèle d’essai (surnommé « Caramel ») avait quelques ratés à bas régime. Dommage.

3

#LeBlancCaGrimpeVite #LeNoirCaVaPartout

Quelque milliers de brochettes kefta plus tard, nous mettons la main sur le 2.0 TFSI de 252ch (quattro/ boîte S Tronic) en finition S-Line et dans une livrée blanche parfaitement photogénique, histoire de se mettre bien pour les quelques heures de piste… Et nous y voici enfin,ces pistes qui nous attendent et nous faisaient saliver. Nous sommes venus pour ça, tester ses capacités en dehors des sentiers presque battus. Point de goudron ici, d’ailleurs ces Q5 tout neufs jurent presque sur ces chemins plus habituées aux quads et autre Nissan Patrol (sans parler des mulets).

Petit aparté sur l’arrivée du “Quattro Ultra” : c’est la grande nouveauté équipant les moteurs 4 cylindres chez Audi. Cela permet d’économiser du carburant en “déconnectant” le train arrière pour passer d’une 4RM à une traction. Dans les faits, ce mode de conduite s’active en toute transparence, dans des conditions d’adhérence idéales et s’active/se désactive en quelques fractions de secondes.

Premier contact : appréhender les différents – et nombreux –  modes de conduites, bien connus des Audistes (ça se dit ?):

  • Comfort
  • Efficiency
  • Auto
  • Dynamique
  • Allroad
  • Off-Road (vitesse < 30kmh)
  • Individual

Vous vous doutez bien que le mode nous intéressent le plus dans les conditions rencontrées est le mode Off-Road. C’est celui qui offre le plus de capacités de franchissement, avec une hauteur de caisse passant de 14cm (le plus bas en dynamique) à  presque 21cm (le plus haut) grâce à l’Audi Adaptative Air Suspension. Il s’active à l’arrêt et vous permet uniquement  de rouler à une vitesse inférieure à 30kmh environ. Au-delà, la voiture passe automatiquement en Allroad et perd en garde au sol. Alors dans les faits, sur les pistes marocaines assez roulantes, nous étions plus souvent en allroad qu’en offroad et cela n’a handicapé en rien la conduite ni le franchissement. D’autant que le switch s’effectue en toute transparence, sans aucun à-coup.

En bon geek que nous sommes, nous avons bien joué avec les différentes infos notamment l’inclinaison prise par le châssis. 19°. C’est peut être un détail pour vous, mais pour nous ça veut dire beaucoup. C’est surtout bien plus impressionnant lorsqu’on est à bord.

4

Les kilomètres de piste s'enchaînent

A base de stops poussiéreux, de travelling dignes de films d’action, de suivi fidèle de trace GPS (ou pas), de rencontres, de thé à la menthe, de passage d’oueds…

Un seul regret : l’impression que finalement tout s’est fait trop facilement, sans broncher, sans sourciller… À aucun moment il n’aura été mis en défaut, ni frotté, ni repris à plusieurs fois. Même lors des petits croisements de ponts. Certes, la piste était relativement propre, nous n’étions pas dans des conditions “extrêmes” de franchissement, mais nous avons tout de même roulé sur terre, sable, graviers, boue…. Et pour un véhicule qu’on associerait plutôt au grimpage de trottoir parisiens, il faut bien l’avouer : ce Q5 est à l’aise partout ou nous avons eu à l’emmener, sans jamais aucun compromis sur le confort.

Le reste du parcours nous emmènera nous confronter à d’autres conditions : traversée de village, routes de crêtes, nationale, avec toujours le haut Atlas comme repère et arrière plan majestueux. Moins fun certes mais cela nous a permis de nous en mettre plein les yeux.

 

5

Terrain dangereux

C’était un pari risqué que nous emmener sur un tel terrain de jeu, piégeur, exigeant et pour être honnête, j’étais plutôt parti pour axer mon article sur “ses aptitudes à devenir le véhicule régie idéal pour un tournage GDB dans des conditions off-road..”. Mais cela n’aurait pas été lui rendre hommage tant il est réussi esthétiquement et s’est avéré à l’aise sur piste comme sur route, dans un confort impeccable !

Tarif de départ : 40.750e

6

Alors bien ou bien ?

J’ai aimé

  • Ses capacités de franchissement et la hauteur réglable des suspensions qui s’adaptent à toutes les situation
  • Ses réelles aptitudes en conduite dynamique
  • L’effet Wahou du virtual cockpit
  • La techno Quattro Ultra (sur le papier en tout cas)
  • Ce parcours de dingue !

J’ai moins aimé

  • Les ceintures qui se serrent une fois bouclées, je déteste cette sensation oppressante
  • L’écran malheureusement non tactile

Un immense merci à Sabrina, Flo, Audi France et D2 de m’avoir permis de réaliser cet essai, dans des conditions parfaites et entouré des meilleurs <3

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à naviguer sur ce dernier, nous considérons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

|