Pour une meilleure navigation
tenez votre tablette en
mode paysage

Pour une meilleure navigation tenez
votre smartphone en mode portrait

A l’assaut du Paul Ricard en Caterham !

Garage des blogs
Article

Caterham Academy ’18, la course de côte !

Article

A l’assaut du Paul Ricard en Caterham !

Article

Au Paul Ricard pour le retour du Grand Prix de France

Faire la course, la vraie, sur le mythique tracé du Paul Ricard. Dans une Caterham, contre plein d'autres Caterham.
Mon rythme cardiaque n'a cessé d'augmenter à mesure que la date de cette course approchait.
Et il a continué de s'accélérer jusqu'à ce que les feux signalant le départ s'allument. Retour sur une expérience haletante.

1

Caterham Academy : rappels

On vous l’expliquait il y a quelques mois de celà : le GDB est le partenaire media de la catégorie Academy de la coupe Caterham Compétition France. Une formule à 40 000€ TOUT COMPRIS, réservée aux pilotes débutants (achat de la voiture, engagements aux 6 courses de la saison). Pour ceux qui auraient loupé le coche, petit rattrapage en vidéo ci-dessous.

Avec Antoine on a donc décidé de se partager la saison, et de faire 3 courses chacun. Il a déjà couru à Alès et sur la course de côte du Col St Pierre, et il reprendra le volant de la vaillante numéro 70 à Charade dans quelques jours.

Pour ma part j’ai commencé au Castellet, d’où le présent récit, et je remettrai mes fesses dans le baquet à Nogaro et à Haute Saintonges en septembre et octobre prochains.

 

2

Ma première course

Depuis 2012 grâce au GDB j’ai eu la chance d’user de la gomme sur pas mal de tracés plus ou moins mythiques. En revanche j’ai fait beaucoup moins de courses en conditions réelles. Si ma mémoire est bonne ça ne m’était même arrivé qu’une seule fois jusqu’ici : Les Audi Endurance Experience, sur le circuit de Catalunya dans une Audi A3 vidée et arceautée. C’était déjà une expérience folle, avec un niveau d’adrénaline rarement atteint jusqu’alors.

La Caterham Academy c’est pareil, mais avec une auto qui procure à peu près mille fois plus de sensations. Et je ne dis pas que les A3 des A2E n’en procuraient pas, loin de là. Non, ce que je dis c’est qu’une Caterham ça amplifie TOUT : pas de pare-brise, on y s’y installe au chausse-pied, zéro assistance ou autre aide à la conduite (vraiment ZÉRO), dans une auto qui pèse 500kg toute mouillée.

Autant vous dire qu’un mois avant la course j’avais déjà des palpitations rien qu’à l’idée d’attaquer Signes à fond avec 30 voitures sur le circuit. Et la pression n’a cessé de monter jusqu’au jour J, jusqu’aux jours J pour être tout à fait précis : une séance d’essais libres le vendredi, une séance de qualifications + une course le samedi, puis pareil le dimanche.

 

3

La course sur le Paul Ricard

La peur du crash, la peur de la mauvaise performance… cette foutue peur m’a bloqué le vendredi et le samedi, à me donner l’impression que c’était ma toute première fois sur un circuit. Il m’aura fallu prendre le temps de mesurer l’auto et ses réactions, de jauger les concurrents et leur pilotage, et surtout d’arrêter de me focaliser sur le classement pour que petit à petit ces peurs disparaissent. Ça s’est tout de suite vu sur mes chronos : mon temps au tour n’a cessé de diminuer : de 1:59.510 le vendredi, à 1:55.552 le dimanche.

En même temps que la peur : une joie pure, de celles qui vous collent un sourire débile. La joie de se dire qu’on est en train de vivre quelque chose d’incroyablement précieux pour un passionné de bagnoles : devenir pilote de course. Et rien que de l’écrire j’en ai encore des frissons, et surtout une envie irrépressible de recommencer.

Nous sommes 9 voitures en Academy, et nous courrons on même temps que la catégorie du dessus : les Road Sport. Eux sont une bonne vingtaine, ce qui donne pas loin de trente voitures sur la ligne de départ (arrêté), et quelques litres de sueur au freinage du virage 1. Mais j’ai vite été rassuré : presque tous (et toutes) les pilotes sont fairplay et je n’ai relevé aucun comportement dangereux. Evidemment c’est la course, et ça se touche, ça se bouscule et les têtes-à-queue sont légion… mais toujours avec le sourire, et on se fait plein de câlins à l’apéro pour se féliciter de chacune de nos courses.

Grands moments de solitude quand j’ai bloqué les roues avant sur des freinages trop ambitieux, ou les roues arrières sur un rétrogradage un peu sec, ou que j’ai perdu l’arrière sur un lâcher de gaz. C’est aussi ça une Caterham, et c’est surtout ça une voiture de sport : un gros jouet qui procure du plaisir parce qu’il demande de l’attention et de la finesse dans la façon qu’on a de l’emmener.

Et sur un circuit rapide comme le Paul Ricard, si on n’est pas parfaitement concentré : on enchaîne les blocages de roues, les têtes à queues et les grosses frayeurs. Et pour peu qu’on arrive à se focaliser sur la finesse du pilotage, on prend un pied monumental à passer Signes à des vitesses qu’on pensait impossibles, ou à passer le double droite du Beausset sans avoir le sentiment d’y perdre de précieuses secondes.

4

Résultat des courses

 

Un weekend de course au Castellet, une voiture prise en charge par des mécanos formidables, une organisation au cordeau et une ambiance vraiment super amicale, le tout grâce à des compétiteurs passionnés et à une organisation au top assurée par Caterham Compétition France.

Rendez-vous le 10 juin pour la dernière course d’Antoine sur le circuit de Charade, allez-lui rendre visite sur-place ou suivez ses aventures sur les réseaux avec #GDBTeam70 !

Crédits photo : @julesdechezsmithenface

Crédits vidéo : Quentin Guibert

Constructeur automobile : Caterham

Caterham

La marque Caterham est née en 1959 en Angleterre et est fortement liée à un autre constructeur automobile anglais : Lotus. Propriétaire depuis la fin des années 1960 de la fameuse Lotus Super7, le constructeur décline depuis cette petite légende automobile sous des formes plus ou moins extrêmes.

Voir la fiche

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à naviguer sur ce dernier, nous considérons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

|