Pour une meilleure navigation
tenez votre tablette en
mode paysage

Pour une meilleure navigation tenez
votre smartphone en mode portrait

Pourquoi aller aux 24h du Mans ?

Garage des blogs
Article

La van-life made in France

Article

Pourquoi aller aux 24h du Mans ?

Article

Bonne nouvelle pour les fans de BMW

C'est le rendez-vous incontournable du sport automobile et ce depuis…1923 ! Chaque année des centaines de milliers de personnes se rassemblent au Mans pour cette course unique, mais pourquoi ?

1

Des voitures uniques !

Le sport automobile, et surtout en endurance, est un laboratoire à ciel ouvert uniquement dévoué à la performance.
OSEF la pollution, OSEF le bruit, OSEF le confort : il faut que la voiture marche fort et longtemps !

Pour les plus technophiles il y a la catégorie LMP qui sont des prototypes à l’aérodynamiques & aux moteurs dingues, et aux performances à peine croyables.

Pour les autres, il y a la catégorie GT qui reprend la silhouette des GT sportives que l’on aime tant, à la sauce…piquante ! Les GTE – catégorie engagée au Mans – est une catégorie qui n’a pas son pareil en performance et va bien au delà de ce qui se fait sur les autres championnats de GT.

2

Des légendes vivantes !

Évidemment, qui dit évènement unique dit personnalités uniques. Patrick Dempsey est sans doute celui qui est le plus connu du quidam, mais les allées des 24h sont surtout remplies de légendes du sport automobile comme Jacky Icks, Allan McNish, Tom Kristensen, Antoine Delaby, Loïc Duval, Benoit Treluyer et j’en passe…!

3

Le Garage 56

 

Le Mans a toujours laissé une petite place à des projets un peu fous. Généralement dans le 56e garage des stands, plusieurs éditions ont été le théâtre d’essais plus ou moins farfelus.

Si bien entendu la Howmet TX est l’un de ses projets dingues qui a consisté, en 1968, à engager un prototype propulsé par une turbine d’hélicoptère, ce garage a aussi vu passé :

Deltawing I
un prototype conçu par Nissan et Panoz qui roulait sur presque 3-roues, en tout cas qui arborait un forme d’aile delta

Deltawing II 
un prototype toujours conçu par Nissan avec toujours cette forme d’aile delta, mais cette fois-ci hybride ! Et capable de faire un tour complet en full-electrique.

GT-R LM Nismo
Encore un prototype Nissan qui cette fois-ci tente l’aventure avec une voiture…traction. L’idée ? Plus marketing que compétitive est d’engager un proto 100% traction.

Frederic Sausset 
Premier homme quadri-amputé à participer aux 24h du Mans. Il a désormais monté une filière dédié au handi-sport-automobile.

Cette année, l’ACO présente – aux côtés de Green GT – la H24Racing, un prototype full-hydrogène. Prière de ne pas fumer à proximité de la voiture !

4

Un tracé unique

13,626 km pour boucler un tour. C’est un tracé qui a pour particularité d’emprunter un petit bout du Circuit Bugatti est une grande partie de Nationale. Oui, les 24h du Mans se courent sur une route nationale, d’habitude limitée à 80 km/h.

Autant vous dire que les pilotes passent un peu plus vite puisqu’ils bouclent un tour en environ 3’20″00.

Le record du tour a été battu par Kaboyashi avec sa Toyota qui a bouclé le tour en qualifications en 3’14″791 soit une vitesse moyenne de 251,882 km/h.
Tout. Va. Bien.

5

C'est la guerre !

La tension qui dure 24h est palpable dès le départ. Les écuries sont si performantes qu’elles estiment désormais que les 24h du Mans ne sont plus une seule course d’endurance, mais 24 sprints d’1h. Les écarts qui séparent les occupants des podiums sont dignes de la F1 et l’attaque démarre des l’extinction des feux.

À l’image de cette Rebellion, l’année dernière, qui a trouvé le moyen de perdre son nez dès le premier tour à cause d’une attaque un peu musclée dès les premières secondes…

6

La nuit !

La nuit & les 24h du Mans c’est comme Laurel et Hardy, Jacquie et Michel ; un duo inséparable. C’est une seconde course dans la course. Si les pilotes s’entrainent pour traverser ce moment avec le moins d’encombres possibles, le rythme en course baisse fatalement, les étourderies se multiplient et les mécaniques commencent à souffrir.

C’est un théâtre avec une atmosphère si particulière que nombreux sont ceux qui veillent toute la nuit à l’affut de l’action à ne pas manquer !

Comme en témoigne cette photo, c’est aussi l’occasion de voir l’invisible : les disques incandescents lors des freinages ou encore les flammes crachées par les sorties d’échappements.

7

L'ambiance des garages !

Pour ceux qui ont la chance de visiter autre chose que les tribunes et le village (comme nous avec BMW l’année dernière) les garages sont des endroits fascinants où règne une atmosphère studieuse, bruyante, mais organisée.

L’on est cerné par les pièces haute performance, le carbone s’exhibe sans pudeur et, s’offrent à portée de main, des pièces uniques, conçues par une armée d’ingénieurs : c’est fascinant.

8

Comment suivre les 24h du Mans ?

Eurosport diffuse l’intégralité de la course, en continu et en direct sur sa chaîne et ça c’est plutôt cool !

Samedi 15 Juin

  • 8h55 : Warm-up en direct
  • 14h : Avant course en direct
  • 15h – 15h J+1 : Course en direct

Dimanche 16 juin

  • 16h : Debrief d’après course

Pour ceux qui n’ont pas accès à Eurosport, il y a France 3 qui propose :

Samedi 15 juin 

  • 14h20 : L’avant course, le départ, puis la course en direct jusqu’à 17h45
  • 20h45 : Résumé et temps forts dans “Tous le sport” dédié aux 24h du Mans

Enfin, si vous êtes accro à Insta, vous pouvez suivre les temps forts, des coulisses et vous balader dans les garages du Mans via l’excellent compte Instagram du WEC :

Constructeur automobile : BMW

BMW

Constructeur bavarois né en 1916, BMW produit depuis ce jour des véhicules en cultivant une certaine image de la sportivité, que ce soit au travers de ses modèles de série mais aussi en développant de nombreux programmes compétition.

Voir la fiche

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à naviguer sur ce dernier, nous considérons que vous acceptez l’utilisation des cookies.

|